Recherche autour du paludisme Mise en place d’une plateforme inédite d’infections expérimentales d’anophèles

Jacaranda
Ce projet a reçu l’accord du comité d’éthique auprès du ministère de la Santé publique. Photo IPM

La démarche est inédite : une plateforme, unique dans la Grande île, pour la mise en place d’un projet d’analyse des interactions des anophèles Plasmodium falciparum et Plasmodium vivax à Madagascar.

Cette plateforme qui trouve ses bases à l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) résulte d’un effort conjoint entre le groupe de l’entomologiste médical Catherine Bourgouin (Génétique fonctionnelle des maladies infectieuses – Institut Pasteur à Paris, et « visiting scientist » à l’IPM) et le G4 Malaria group de l’IPM, dirigé par Ousmane Ndiath, avec le soutien de trois Unités de l’IPM, à savoir les unités Entomologie médicale, Palusidme et Immunologie des maladies infectieuses. La mise en place de cette plateforme permet actuellement la réalisation d’un projet d’analyses des interactions Anopheles gambiae – P. vivax, et permettra dans un futur proche d’aborder l’analyse de la compétence vectorielle des populations d’anophèles vecteurs de paludisme à Madagascar.

Infection contrôlée. Plus concrètement, les travaux de cette plateforme consiste principalement à analyser la compétence vectorielle des anophèles à transmettre les parasites Plasmodium falciparum et Plasmodium vivax ainsi que les interactions moléculaires anophèles-plasmodium. Une analyse qui nécessite de pouvoir infecter de manière contrôlée les moustiques avec ces parasites. La situation géographique de IPM, lequel se situe à Antananarivo, sur les hautes terres centrales où la prévalence du paludisme est globalement faible, rend difficile la réalisation de cette infection expérimentale contrôlée. D’autre part, si la production in vitro des stades infectant Plasmodium falciparum est possible, il n’en est pas de même pour Plasmodium vivax, lequel ne se cultive pas encore. Raisons pour lesquelles il a été décidé d’installer une plateforme d’infection expérimentale des anophèles par Plasmodium dans une zone de moyenne à forte prévalence du paludisme à P. falciparum et P. vivax dans la région Nord-Ouest de Madagascar. La plateforme est hébergée au Centre de Santé de Base de la commune d’Andriba, dans le district de Maevatanana.

La mise en place de la plateforme et son fonctionnement actuel ont bénéficié d’un soutien financier de l’IPM, du Labex IBEID et de la Direction internationale de l’Institut Pasteur, en particulier à travers une bourse de thèse Calmette et Yersin.

Recueillis par Hanitra R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.