Chantiers routiers : Antananarivo asphyxiée

Jacaranda
Le chantier d’Ankorondrano, débuté il y a trois jours, étouffe quasiment les quartiers alentours.

Anosy, Ankorondrano, Route circulaire … , les chantiers débutés récemment pour la réfection des rues à Antananarivo et dans certaines zones périphériques voisines, ne sont pas sans conséquences sur le quotidien des Tananariviens. A Ankorondrano et à Anosy en particulier, les travaux de réhabilitation ont pour résultats ces embouteillages monstres et quasi-permanents qui étouffent les automobilistes et les usagers des transports en commun. Dans les zones du centre-ville et des quartiers voisins, il ne faut pas compter moins de deux heures pour parcourir moins de deux kilomètres. C’est le cas pour l’axe Faravohitra-Antaninandro-Ankadifotsy-Antanimena, incluant Behoririka et Andravoahangy. Dans ces quartiers, pourtant déjà habitués aux embouteillages aux heures de pointe, la circulation est complètement paralysée. Il en est de même pour la route des hydrocarbures desservant Ankorondrano, Ivandry, jusqu’à Anosivavaka, ou encore, Analakely menant vers Anosy et Andrefan’Ambohijanahary. Des cas loin d’être isolés car toutes les zones à fort taux de fréquentation vivent la même situation, aggravée par les travaux de réfection des rues car nécessitant un réaménagement de l’usage des chaussées par le biais des déviations ou de la circulation alternée.

Longtemps attendus, ces travaux de réhabilitation des rues répondent, pourtant, aux plaintes répétées des usagers en raison de la dégradation des infrastructures routières. En attendant la fin des travaux, il va ainsi falloir prendre son mal en patience, en contenant son énervement et son exaspération.

Hanitra R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.