Biodiversité : Deux nouvelles espèces de poissons endémiques au cœur d’un programme d’Ambatovy

Deux espèces de poissons nouvellement découvertes par les scientifiques font l’objet d’une série d’activités de conservation dans le cadre d’un programme spécifique de gestion des poissons endémiques mis en œuvre par Ambatovy.

 

Plus de 6.000 individus de poissons endémiques Ratsirakia sp. et Rheocles sp. ont été sauvegardés dans les zones de défrichement du site minier d’Ambatovy à Moramanga dans le cadre d’un programme de gestion des poissons endémiques mis en œuvre par la compagnie minière Ambatovy. Ces poissons font partie intégrante des richesses en biodiversité existantes dans le complexe forestier d’Ambatovy. Ils ont été transférés dans des rivières non impactées par la mine, et des bassins naturels situés dans les zones de conservation autour de la mine de la compagnie. Les travaux de suivi écologique menés après leur transfert ont permis l’inventaire des individus juvéniles, démontrant par conséquent, que les poissons s’adaptent bien à leurs nouveaux habitats. Actuellement, Ambatovy est en train de procéder à l’étude génétique, la description morphologique et la zone d’occurrence de ces poissons afin qu’ils puissent avoir leurs noms scientifiques et leur statut UICN.

 

Unique au monde. Avant la découverte de ces nouvelles espèces de poissons, le genre Ratsirakia ne comptait qu’une seule espèce connue des scientifiques à l’échelle internationale. Il s’agit de Ratsirakia legendrei, un poisson d’eau douce de la famille des Eleotridae. Cette unique espèce connue avant aujourd’hui, est elle-même endémique de Madagascar, décrite en 1919 par le zoologiste français Jacques Pellegrin. Ce scientifique a même consacré un ouvrage entier sur Les poissons d’eaux douces de Madagascar et des îles voisines (Comores, Seychelles, Mascareignes), publié en 1933. Avec la découverte des nouvelles espèces du genre Ratsirakia et Rheocles, ces poissons auront prochainement des noms scientifiques et un statut UICN, celui- ci étant le statut de conservation d’une espèce selon l’Union internationale de la conservation de la nature (UICN) en fonction du niveau de danger exercé sur l’espèce. Ce statut sert d’indicateur permettant d’évaluer l’état des populations de l’espèce, lequel est susceptible d’évoluer d’une période à une autre.

Recueillis par Hanitra R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.