Tempête Tropicale : Rien à craindre pour Madagascar

Les séquelles laissées par le passage d’Ava et d’Enawo sont encore présentes, pourtant, Madagascar est déjà menacé par un autre cyclone.

La future tempête tropicale ne devrait pas traverser la Grande Île selon le service de la météorologie de Madagascar.

Les dernières prévisions du service de la météorologie de Madagascar du 2 mars 2018 à 11h informent qu’une « perturbation tropicale s’est formée à environ 400 km au Nord-Est d’Antalaha ». Les mêmes prévisions de faire savoir que gagnant en puissance, la perturbation pourrait atteindre le stade de «tempête tropicale» toujours dans les prochaines 36h . Côté trajectoire, le bulletin cyclonique spécial émanant du service de la météo d’indiquer que la perturbation tropicale a un déplacement global vers le Sud (entre Madagascar et La Réunion). Aussi, Madagascar est « à l’abri des vents violents associés au futur DUMAZILE ». Le bulletin cyclonique spécial de noter toutefois que de fortes pluies seront observées au Nord et au Centre-Est du pays. Provoquées par les bandes périphériques actives, les précipitations en question commenceront à tomber à partir du 3 mars. Étant donné que le système se trouve dans l’Océan Indien, l’état de la mer deviendra progressivement dangereux à partir de l’après-midi du 3 mars 2018 entre Antalaha et Vatomandry. Des houles ainsi que des rafales de 60/70 km/h sont à craindre.

Urgences. Toujours question de prévisions météorologiques, le pays devrait être traversé par au moins deux cyclones et au plus quatre. Et l’un d’entre eux serait très puissant selon toujours les prévisions cycloniques. Face à cela, le Bureau national de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC) entend capitaliser ses acquis lors du passage du cyclone Ava. « Nous avons eu des lacunes, entre autres, sur le plan de la sensibilisation des populations de nombreuses régions du pays » a fait savoir le Gal Charles Rambolarson, secrétaire exécutif adjoint auprès du BNGRC. Ce dernier d’ajouter que « des actions de renforcement de tout le système de gestion des risques ont été menées pour limiter les dégâts lors d’un passage éventuel de cyclone ». Si deux ou quatre cyclones devraient traverser le pays durant cette année, on pourrait s’attendre au pire étant donné « qu’Ava n’était pas qualifié de cyclone intense ». Le prochain pourrait donc faire des dégâts importants malgré les dispositifs mis en place par les organes de gestion des risques et catastrophes.

 José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire