Peste : Validation du protocole d’enterrement digne et sécurisé



Jacaranda
La représentante de l’OMS, Charlotte Ndiaye et le ministre de la Santé, Lalatiana Andriamanarivo lors de la validation du protocole d’Enterrement digne et sécurisé des victimes de la peste

A un mois de la fin de la saison pesteuse 2018, le protocole d’enterrement digne et sécurisé (EDS) vient enfin d’être validé hier au Paon d’Or Ivato.

L’atelier de validation du protocole d’EDS est l’aboutissement d’un long processus de consultations nationales et internationales dans le but d’offrir aux personnes décédées de la peste un enterrement en adéquation avec les valeurs culturelles malgaches tout en respectant les normes scientifiques et sécuritaires non négociables pour éviter la contamination par la bactérie yersinia pestis. Les consultations nationales ont été entreprises depuis cinq mois afin de recueillir et considérer les avis des leaders traditionnels et des autorités administratives des 22 régions de Madagascar, indispensables, étant donné la richesse et la diversité des traditions funéraires malgaches. Effectivement, on n’enterre pas de la même manière chez les Vezo de l’Atsimo Andrefana et chez les Betsileo des Hautes terres centrales. C’est la raison pour laquelle, la participation massive des préfets et des chefs de région a été observée lors de l’atelier d’hier.

Expertise et préparation. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le Ministère de la Santé publique (MSP), ainsi que leurs partenaires techniques et financiers ont également fait appel à des consultations internationales d’experts scientifiques (médecins, anthropologues, etc.) ayant déjà participé à des ripostes face aux flambées épidémiques en Afrique ; pour ne citer que l’Ebola. Même si, effectivement, la validation du protocole scientifique d’EDS arrive « un peu tard » selon certains observateurs, le protocole d’hier constitue déjà une préparation conséquente face à la saison pesteuse 2019. Surtout compte tenu du bilan lourd (plus de 2.000 cas et 200 décès) de la saison 2017-2018 qui bien que finalement endiguée, fut houleuse, marquée par la psychose et la résistance de la population et le MSP qui était au four et au moulin, avec les lacunes immanquables qui en découlent. Par ailleurs, dans leur discours respectifs, Mme Charlotte Ndiaye (représentante résidente de l’OMS) et M. Lalatiana Andriamanarivo (ministre de la Santé publique) ont souligné l’importance de la communication dans la lutte contre la peste. Ils ont ainsi unanimement salué la présence et le témoignage de Raymond et de sa famille, ayant des proches parents qui ont bénéficié de l’EDS et venus partager leurs expériences.

Luz Razafimbelo


Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.