Electrification rurale : Formation d’ingénieurs solaires pour trois grands-mères analphabètes

Jacaranda
Les bénéficiaires de la formation.

Trois grands-mères malgaches ont bénéficié de six mois de formation en technologie solaire au Barefoot College, en Inde, et reviennent, capables d’électrifier leur village de 200 ménages. Une quatrième femme vient de s’envoler en Inde pour la même formation.

Ce n’est pas une première. Dans le cadre de l’accès à l’énergie renouvelable par les communautés rurales reculées, des femmes malgaches d’âges mûrs, analphabètes et issues de localités rurales enclavées s’envolent à  des dizaines de millier kilomètres de Madagascar pour se former en technologie solaire. Après six mois de formation au Barefoot College à Tinolia, en Inde, elles reviennent au pays et mettent en pratique leur formation en assurant l’accès à l’énergie solaire à leur foyer et leur village, et en assurent la pérennisation. Des centaines de femmes issues d’autres pays en développement sont également accueillies dans ce centre, en Inde.

Trio gagnant. Cette fois, ce sont trois femmes, issues du village d’Ambararata, dans la commune rurale de Belo de la zone périphérique du Parc national Kirindy Mitea de Belo sur Mer, qui ont eu droit à cette formation. Nazemine, Nomeha et Malaindia  ont bénéficié de cette formation dans le cadre de l’application de la politique nationale en matière de conservation participative et la valorisation de l’énergie verte autour des aires protégées. Avec l’assistance technique de WWF, Madagascar National Parks (MNP), a facilité la préparation de leur voyage. L’ambassade de l’Inde et le gouvernement indien a pris en charge leur déplacement par avion, le visa,les frais de formation et de séjour au Centre Barefoot College.

« Femmes ingénieurs solaires ». Les trois femmes sont de retour au pays depuis le 16 mars 2018. Désormais, leur communauté de 200 ménages et une maison communautaire auront accès à l’électrification moderne et durable. Sélectionnées de façon participative au cours des réunions villageoises, elles ont quitté Madagascar le 15 septembre 2017. En Inde, elles ont suivi une formation intitulée « Femmes ingénieurs solaires » avec de nombreuses autres femmes issues de villages ruraux de différents pays du monde. Au bout de six mois de formation, les voici capables d’électrifier leurs villages respectifs et à mettre en place un système de gestion durable de l’électrification de 200 ménages. Pour la vulgarisation des acquis en Inde, les trois femmes commenceront l’installation électrique de la maison communautaire composée d’un atelier destiné à l’apprentissage, et la diffusion de la technologie acquise. MNP assurera, pour sa part, la construction de la maison solaire.

Services. Suite au financement de la banque Allemande KFW du projet Barefoot College, MNP assure l’acquisition des équipements électriques, d’une valeur d’environ 52.000 euro. Chaque ménage aura le choix entre trois types de services : soit une lampe solaire portable (service bas) ; soit un système solaire photovoltaïque fixe pour quatre lampes, avec possibilité de recharge d’un téléphone et d’écoute d’une petite radio (service moyen), soit une lampe solaire portable et un système solaire photovoltaïque fixe (service haut). Une cotisation mensuelle de 3 000 à 10 000 ariary par ménage, à titre de participation des bénéficiaires, assurera l’indemnité des femmes solaires, ainsi que l’entretien et l’achat des nouveaux matériels. Cette somme sera gérée par les « femmes ingénieurs solaires » avec la commission solaire du village pour la pérennisation du projet.

Et de quatre ! Avec cet accès nouvellement acquis à l’énergie solaire, le village d’Ambararata pourra espérer une diminution des maladies respiratoires et une réduction des dépenses des ménages en achat de pétrole lampant et de piles. Leur « statut » de village électrifié leur procurera un meilleur accès à l’information et une cohésion sociale ainsi que l’épanouissement des individus, en particulier les femmes. Pour renforcer le nombre de « femmes solaires » opérationnelles, Miariline, une femme très active du village d’Ambararata, vient à son tour, de quitter Madagascar le 13 mars dernier, pour suivre la même formation à Tinolia en Inde.

Hanitra R.

Telma Fibre Vibe

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. C’est une bonne nouvelle ! Mais juste une ou deux petites corrections dans la rédaction : 1/ veuillez vérifier “s’envolent à des dizaine de kilomètre” , Inde ne se trouve pas à des dizaines de kilomètre de Madagascar mais à des dizaines de millier de kilomètre. L’enjeu d’une telle erreur est que si un écolier (qui est en train de découvrir le goût du journal) voit cela et qu’ensuite il apprend la vérité en cours de géographie , cela atteint à la notoriété du journal.2/ Ces 3 grands-mères ne sont pas des ingénieurs ! Même si elles apprendront une technologies de pointes en Inde , ceci n’implique pas qu’elles sont ingénieurs.Technicienne, oui, mais pas ingénieurs.Etre un ingénieur signifie être capable de conception d’activités d’ingénierie avec ingéniosité, créativité, inventivité,…Ces 3 grand-mères ne seront capables que copier coller ce qu’elles ont reçu en Inde, elles ne sont que exécuteur de ce qui a été déjà conçu préalablement.Cela n’empêche qu’elles seront pointues que les jeunes techniciens ou les vrais ingénieurs en la matière de “solaire”.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.