UNCHR-Maika Development : Renforcement des capacités des journalistes sur l’apatridie

L’apatridie touche actuellement environ 10 millions de personnes dans le monde. Une situation préoccupante qui nécessite une attention particulière de la part de tous les acteurs.

Les chiffres ne sont pas encore connus quant au nombre des apatrides dans la Grande-Île. On sait toutefois qu’ils existent et souffrent de leur situation. Pour rappel, l’apatridie correspond à la «situation d’une personne qui n’est pas reconnue par aucun État comme étant une personne jouissant de tous les droits nationaux. La personne apatride n’est pas nationale». Lesdits droits correspondant au droit à la nationalité et à tous les autres droits qui en découlent. Les apatrides sont dans ce cas en marge de la société et ne jouissent de tous les droits mêmes les plus fondamentaux – outre que la nationalité – comme l’éducation, le droit aux soins médicaux, à la liberté de circulation…Des notions qui ont été mises en exergue durant la formation pour le renforcement des capacités des journalistes au DLC ou Development Learning Center Anosy. Organisé grâce à la collaboration entre l’UNCHR ou l’Agence des Nations Unies pour les Réfugiés et l’ONG Focus Development, l’évènement avait pour but de doter les journalistes des outils nécessaires pour de meilleures couvertures médiatiques de la thématique d’apatridie. «Une thématique qui échappe à de nombreuses personnes, mais qui constitue un réel enjeu aussi bien pour le pays que pour les personnes concernées» a fait savoir Mathias Reuss du HCR ou Haut Commissariat des Nations-Unies pour les Réfugiées. Outils en mains, les journalistes devraient donc pouvoir mieux cerner les problématiques de l’apatridie à Madagascar, mais aussi devraient facilement sensibiliser sur la lutte concernant la lutte.

José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.