« Croix-Rouge malagasy » : Entre défaillance de la structure et malveillance de certains responsables

Les membres de la composante gouvernance lors de la conférence de presse à Tsaralalàna hier.

L’existence de détournement de fonds, de fraudes et de corruption n’a pas été démentie par le président de la « Croix-Rouge malagasy » lors d’une conférence de presse organisée à Tsaralalàna hier.

Clé de voûte de la réussite de la « Croix-Rouge malagasy », sa structure semble également être la cause de la situation à laquelle la société nationale se trouve actuellement. En effet, « la structure actuelle est une arme à double tranchant » selon les dires de Claude Rakotondranja, président de la « Croix-Rouge malagasy » (CRM). Ce dernier d’expliquer que la CRM est organisée en trois composantes distinctes. La première fait référence à la gouvernance qui est censée diriger les actions à entreprendre par la société nationale. Composée de membres élus et volontaires, la gouvernance a à sa tête le président national. La deuxième composante correspond au management. Composée de personnel payé, celle-ci s’occupe de la gestion des affaires courantes de la société nationale. Présidée par la secrétaire générale, elle est la gestionnaire de la CRM. La dernière, quant à elle, fait référence aux volontaires, les « mains d’œuvre » de la société nationale. A en croire la structure et les explications du président de la CRM lors de la conférence de presse qui s’est tenue hier, les détournements et fraudes qui ont été observés auraient été opérés auprès de la composante management. D’ailleurs, le président Claude Rakotondranja a fait savoir dans notre article du jeudi 19 avril 2018 dernier que « des transactions bancaires frauduleuses ont été effectuées par l’ancien SG ou Secrétair général.Et que durant cette période, ce dernier a joué sur les fluctuations de l’ariary ».

Rupture. La faiblesse de la CRM se situerait donc dans ce pouvoir octroyé à la composante management. Il convient toutefois de préciser que toutes les transactions financières menées auprès de la société nationale sont soumises au principe de « double signature du Sg et du trésorier qui représentent la gouvernance ». Il serait, à cet effet, invraisemblable que la composante gouvernance n’ait été au courant de tout ce qui s’est opéré au sein de la société nationale. Par ailleurs, le président de la CRM d’annoncer que le « retrait de la Croix-Rouge norvégienne n’altère en rien les projets de la Croix-Rouge malagasy. Nous avons élaboré un plan stratégique qui s’étale jusqu’à l’année 2020. Et nous avons d’autres partenaires qui travaillent avec nous dans l’atteinte des objectifs fixés dans ce plan stratégique » a-t-il avancé confiant. Ce dernier d’interpeller également les responsables auprès de la Croix-Rouge norvégienne de fournir « des détails relatant les résultats de leurs actions d’audit ». Jusqu’à l’heure actuelle, ni la Fédération internationale de la Croix-Rouge ni la Communauté internationale de la Croix-Rouge ne se sont prononcées sur la situation. Ni d’autres partenaires de la société nationale d’ailleurs. Affaire à suivre.

José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire