Nutrition scolaire : En appui à l’amélioration de l’état nutritionnel des élèves


Lors du lancement officiel du projet, la semaine dernière.

Un vaste projet de nutrition scolaire, lancé cette semaine dans le district de Moramanga, vient en réponse à une série de problèmes liés à un taux élevé de malnutrition dans la région, et  à un déficit en matière d’accès aux soins médicaux et à l’hygiène.  

Le lancement, le 19 avril 2018, à Morarano Gare, district de Moramanga, dans la région Alaotra Mangoro, du projet intégré de lutte contre la malnutrition, marque le début d’un travail visant à lutter contre la malnutrition chronique à travers la nutrition scolaire, laquelle contribue à l’amélioration de l’état nutritionnel des élèves, de leurs familles et communautés. « C’est un projet qui inclut la sécurité alimentaire, l’alimentation scolaire et la nutrition scolaire », explique Alitiana Randrianandrasana, coordonnateur régional de l’Office régional de nutrition AlaotraMangoro, en spécifiant que le milieu scolaire est le catalyseur de toutes les activités, car tous les volets de ce projet exigent une forte implication des élèves.

Education nutritionnelle. Douze écoles primaires publiques (EPP) de la circonscription scolaire (CISCO) de Moramanga, sont concernées par ce projet, lequel comprend cinq activités, entre autres, des séances régulières d’éducation nutritionnelle et sanitaire en milieu scolaire. Elles viennent renforcer les séances déjà proposées dans les sites de nutrition communautaires. Par ailleurs, les jardins scolaires, mis en place dans le cadre de la sécurité alimentaire au niveau des écoles, permettent de transmettre aux élèves et aux parents, les nouvelles techniques en matière de culture et de procéder à des démonstrations, afin d’en faciliter l’assimilation et l’appropriation. La production issue des jardins scolaires approvisionne en partie la cantine scolaire. Les douze EPP bénéficient, en effet, de cantines scolaires financées et approvisionnées par l’Etat et par des entreprises locales. La cantine fournit des appuis alimentaires aux élèves à travers des repas fournissant l’énergie nécessaire à la concentration des élèves et à l’acquisition de connaissances.

Croissance. Outre les activités de nutrition, le projet inclut également un volet suivi et promotion de la croissance de l’élève. C’est à ce titre que des séances de déparasitage et des suivis systématiques de l’évolution de la taille et du poids des élèves sont prévus.

Dans sa mise en œuvre, ce projet prévoit déjà de mettre en place, un plan de retrait au niveau de chaque école bénéficiaire, dans la mesure où les appuis financiers sont limités dans le temps. Des activités génératrices de revenus devront alors être mises en place afin d’assurer la pérennisation des cantines scolaires.

La mise en œuvre de ce projet intégré de lutte contre la malnutrition dans la région Alaotra Mangoro vient en réponse à une série de problèmes, notamment le taux élevé de la malnutrition chronique de la région. Une situation qui s’explique en partie par de mauvaises habitudes alimentaires, et une alimentation insuffisante ; un accès peu satisfaisant aux soins médicaux et d’importantes lacunes en matière d’hygiène. « Les interventions de ce projet intégré tentent d’apporter des réponses à ces problèmes », conclut l’ONN.

Hanitra R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.