Conservation marine dans le Nord-Ouest : Festival des « Dudongs » et atelier régional du réseau MIHARI

Jacaranda
Le carnaval lors du Festival des « Dudongs », à Nosy- Be.

Semaine bien remplie à Nosy-Be pour les petits pêcheurs regroupés au sein du réseau MIHARI en participant à un atelier régional sur la conservation marine et les LMMA (« Locally Managed Marine Areas » ou Aires marines gérées localement), incluant le Festival des « Dudongs » 2018.

 Rendez-vous annuel particulièrement festif et mobilisateur, cette semaine, à Nosy-Be pour le Réseau MIHARI, un réseau national des communautés de pêcheurs, avec la tenue de son atelier régional qui a débuté le 25 avril par la tenue du « Festival des Dudongs 2018 », animant toute la ville de Nosy-Be. 140 participants issus des régions Boeny, Sofia et DIANA, dont plus d’une centaine de petits pêcheurs, et des leaders au sein de leurs communautés, se sont en effet donné rendez-vous dans l’Ile aux parfums pour l’atelier régional MIHARI Nord-Ouest, du 25 au 28 avril 2018. Un atelier qui a débuté par ce festival dédié aux « dudongs », mammifères marins dont la population est en diminution en raison de la destruction de leurs habitats et les pressions anthropiques. Le festival est ainsi une occasion d’alerter le public et les acteurs engagés dans le domaine de la conservation et préservation de la biodiversité marine, sur la diminution de la population des « dudongs ». Connus à Madagascar sous le nom de « Trozona », « Lambohara » ou encore « Lambondriaka », les « dudongs » mesurent jusqu’à 3 mètres de long, se nourrissent d’herbiers marins – jusqu’à 70 kg par jour – et dotés d’une longévité allant jusqu’à 70 ans.

Défis à résoudre. Quant à l’atelier régional, portant sur les défis de la conservation marine et des LMMA – concept mondialement reconnu pour son efficacité en matière de conservation marine – dans cette partie nord-ouest de Madagascar, l’occasion a été saisie pour se pencher sur la recherche de solutions afin de venir à bout de ces défis à travers des conférences et des échanges avec les autorités et services techniques régionaux sur divers thématiques, notamment les infractions en matière de ressources marines. Séances studieuses en marge desquelles les petits pêcheurs ont visité la LMMA Ambatozavavy. Ils ont, par ailleurs, planté plus de 600 propagules afin de contribuer à la reforestation de mangroves.

Rappelons que le réseau MIHARI, créé en 2012 pour répondre aux problèmes des petits pêcheurs de Madagascar, compte actuellement plus de 150 communautés LMMA et 23 organisations membres.

Hanitra R.

Blueline Air Fiber

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.