Mgr Odon Razanakolona : «Le non-développement de Madagascar est lié aux tâtonnements et aux errements du système éducatif (…)»



Jacaranda
La paupérisation de Madagascar trouve son origine dans son système éducatif selon les propos de l’archevêque d’Antananarivo.

Les critiques de l’archevêque d’Antananarivo à l’endroit du système éducatif malgache donnent à réfléchir.

« Madagascar souffre du manque de politique éducative réfléchie et efficace pour faire changer de paradigme une société bien souvent récalcitrante aux mutations ». Ce sont là les propos – que tout le monde pense tout bas et qui ont été dits tout haut par l’archevêque d’Antananarivo, Mgr Odon Razanakolona lors de l’ouverture officielle du colloque sur « les défis de l’Éducation et de la formation des enseignants et des éducateurs à Madagascar du point de vue de leur pratique et de leur milieu » qui s’est tenu le 25 avril 2018 dernier. En effet, l’archevêque d’Antananarivo a mis à nu le système éducatif national par ses propos. Selon Mgr Odon Razanakolona, une des plus grandes lacunes du système éducatif malgache résiderait dans le programme scolaire lui-même. « Le programme scolaire d’enseignement ne permet pas de maîtriser la connaissance et le savoir sur les ressources naturelles renouvelables et non renouvelables que ce soit au niveau de l’espace territorial que des enjeux géographiques, que ce soit au niveau des usages possibles que des connaissances scientifiques liées » a-t-il fait savoir.

Priorité. Mgr Odon Razanakolona déplore également le manque de priorisation de la part de l’État et l’existence manifeste de populisme au sein du ministère de l’Éducation nationale. « L’enseignement de base, qui est l’institution éducative et d’apprentissage par excellence, ne semble plus être au cœur de l’action de l’État ». S’il revient à l’État, par exemple, de constituer l’ossature de l’école publique avec un personnel enseignant compétent et un corps professoral expérimenté et consciencieux, ce n’est plus malheureusement le cas pour des raisons de populisme. Par ailleurs, un autre fait marquant noté et interpellé par l’archevêque d’Antananarivo correspond à l’inadéquation formation/emploi/investissement. « On s’aperçoit qu’il y a un décalage manifeste entre les offres de formation proposées et les demandes en qualifications nécessaires pour répondre aux besoins soit des entreprises, soit des marchés, soit des investissements nécessaires (…)».

Solutions. Par ailleurs, l’archevêque d’Antananarivo avance des pistes de réflexion pouvant aider à faire face à la situation actuelle, mais surtout à changer la donne. Si l’une correspond à l’ouverture de filières de formations initiales et continues multidisciplinaires dans l’enseignement primaire, secondaire et supérieur, l’autre correspond à la vulgarisation de l’enseignement technique à tous les niveaux du système éducatif et de la formation professionnelle. Ce, afin de « répondre aux besoins en compétence » dans différents secteurs économiques. Étant donné que l’éducation touche l’homme dans son existence propre, les errements du système éducatif malgache ne pourraient pas permettre un quelconque épanouissement des Malgaches.

José Belalahy


Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. « Un pays qui n’investit pas dans son systeme educatif, est un pays suicidaire ».

    Et les faits sont patents a Madagascar en reponse aux questions suivantes:
    . le ratio de budget alloue annuellement a l’education?
    . la formation des enseignants, en l’occurrence dans l’education de base?
    . Les conditions de travail et les realites salariales des enseignants de l’education de base par exemple,(supposez quelles seraient les performances d’une institutrice ayant un bebe de 8 mois, et qui doit faire 80 km a pied en aller retour, pour percevoir son salaire).
    . Quels rendements pedagogiques reels pour un ensignant du CEG, qui a 6 classes avec un effectif de 70 eleves par classe?
    . Que dire des consequences probables au niveau de l’univers de l’education quand le premier responsable pedagogique du dustrict passe l’essentiel de son temps a faire du clientelisme aussi bien dans le recrutement que dans la repartition des avantages eventuels?
    .Quid de la depolitisation de l’environnement de l’education?
    Autant de details qui font les grands degats dans notre systeme educatif.

    un citoyen qui n’a fait que 20 ans d’exercice dans l’enseignement, en tant qu’enseignant et formateur des formateurs–1971/1991.

Post Comment