Santé communautaire-USAID/MIKOLO : 4,6 millions de bénéficiaires en cinq ans

Jacaranda
Visite du groupe féminin Voamami à Tanambao-Betsileo, dans le district de Sakaraja.

Le projet USAID/MIKOLO arrive au terme de sa réalisation après cinq années d’intervention, de 2013 à 2018, dans huit régions de Madagascar.

Quelque 3584 fokontany situés dans 506 communes de 42 districts répartis dans huit régions de Madagascar. Tel est l’étendue de la zone d’intervention du projet USAID/MIKOLO qui arrive à son terme au bout de cinq années de mise en œuvre. Ce projet de santé communautaire a été surtout axé sur la santé de la reproduction, la planification familiale, la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant, et la prise en charge du paludisme. Le projet affiche un bilan plutôt satisfaisant : une nette augmentation de l’utilisation des méthodes de planning familial pour réduire les naissances, des consultations prénatales dans les centres de santé des zones enclavées, et des conseils en nutrition, concernant notamment les enfants souffrant de malnutrition.

Silc/Voamami. Le nombre des bénéficiaires du projet est estimé à 4,6 millions, vivant à plus de cinq kilomètres des centres de santé. Là où l’accès aux soins et aux services de santé de base, est un réel défi. Avec la mise en œuvre de ce projet, les populations des zones d’intervention ont pu bénéficier d’un meilleur continuum de soins en matière de santé de la mère et de l’enfant. Une situation renforcée par des mécanismes d’appui comme la microfinance, visant à encourager la création de communautés d’épargne et de crédit interne (Silc) ou Voamami au niveau des villages pour inciter les familles et les individus à épargner régulièrement, et leur donner accès au crédit à des conditions favorables. Il s’agit alors de promouvoir l’épargne et le crédit communautaire – par groupes d’environ 15 à 25 personnes – dans l’objectif de consolider les moyens de subsistance et d’améliorer la qualité de vie des membres de la communauté.

Deux milliards d’ariary d’épargne. Au total, 2 458 groupes Silc/Voamami ont été créés, ciblant 41.786 ménages. Ils ont accumulé l’équivalent de deux milliards d’ariary en épargne. Le groupe féminin de Tanambao Betsileo sort du lot car il a particulièrement tiré profit de ce mécanisme. « Une belle initiative qui rejoint l’esprit de la couverture de santé universelle car les membres peuvent adhérer facilement à la caisse nationale de solidarité santé pour avoir facilement accès aux soins de santé dans les centres de santé de base et hôpitaux », a affirmé le ministre de la Santé publique. Les résultats du projet ont été disséminés, le 3 mai dernier à Toliara.

Hanitra R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.