Manifestation des députés à Ankatso : Jet de cocktail Molotov, des étudiants au bord de l’affrontement



Jacaranda
Des individus ont jeté des cocktails Molotov devant les manifestants à Ankatso.

Les étudiants ont été sortis des salles. Certains ont répondu présent à l’appel des députés pour le changement. D’autres ont préféré observer de loin. Quelques-uns ont failli se heurter.

L’atmosphère a été chaude à Ankatso hier matin. Les « 73 députés pour le changement » et leurs manifestants ont investi l’université d’Antananarivo. Une fois sur place, ils (les députés et les manifestants) ont sorti les étudiants en plein cours. « Les étudiants ont été sortis de leurs classes de force et sans aucun respect, ni envers les professeurs ni envers nous en tant qu’étudiants et êtres humains » a déploré Camille Rasoavinarivo, président de l’association des étudiants du DEGS. Ce dernier d’ajouter que les étudiants n’ont pas eu d’autres choix que de sortir. Par ailleurs, une fois sortis, les étudiants de l’université d’Antananarivo ont adopté deux positions différentes. Certains ont directement rejoint le mouvement de foule initié par les députés pour le changement et les manifestants sur l’esplanade. D’autres, plus réticents ont préféré observer de loin. Camille Rasoavinarivo de noter que « la journée d’hier a démontré une énième division des étudiants vis-à-vis d’un mouvement politique. On a clairement observé que les étudiants ont leurs propres couleurs politiques. Certains ont affirmé leur appartenance et leur conviction au mouvement initié par les députés. D’autres non », a-t-il renchéri. Par ailleurs, portés par leur conviction propre et l’euphorie du mouvement, quelques étudiants issus de la même université ont failli se heurter.

Scission. Chose qui a également le plus marqué lors de la journée d’hier, le jet de cocktail Molotov effectué par quelques individus devant la voiture qui ouvre la manifestation des députés. L’affrontement qui a failli avoir lieu entre les étudiants additionné au jet de cocktail Molotov est la parfaite manifestation de la divergence d’idéologie chez ceux-ci. Ainsi, les cours n’ont pas pu se poursuivre. Interrogé sur la continuité ou non des cours, Camille Rasoavinarivo, président de l’Association des étudiants de la faculté DEGS (Droit, Économie, Gestion et Sociologie) n’a pas caché sa crainte quant à d’éventuels prolongements de la suspension des cours. « Étant donné que la section tananarivienne du SECES s’est prononcée en faveur du mouvement des 73 députés, je crains fort que les suspensions des cours aillent se prolonger », s’est-il confié. Une suspension qui vient quelques jours après la célébration de la rentrée solennelle qui a été organisée à Mahajanga le 4 mai 2018 dernier. Camille Rasoavinarivo de noter que « dans cette histoire, les premières et les seules victimes ne sont tout autre que les étudiants de l’université d’Antananarivo ».

José Belalahy

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.