Projet « Femme et Energie » : Soutien de GIZ-PERER aux femmes entrepreneures



Jacaranda
Fanja Razakaboana (à gauche), présidente du GFEM et Jean-Luc Randriamampianina, coordonnateur technique du projet.

Dans le secteur énergie à Madagascar, l’approche genre est encore peu prise en compte.

C’est un partenariat scellé entre la coopération allemande et le Groupement des femmes entrepreneures de Madagascar (GFEM) qui vient d’être officialisé, hier, entre la GIZ (Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit ou Agence de Coopération internationale allemande pour le Développement) et le GFEM lors de la signature d’une convention de partenariat sur un projet de renforcement de capacités des femmes entrepreneurs du GFEM en matière d’énergie, notamment d’énergie renouvelable. Un projet baptisé « Femme et énergie » qui vise un meilleur positionnement des femmes dans ce secteur de l’énergie qui, jusqu’à présent, est majoritairement investi par des acteurs masculins. Ce projet entre ainsi dans le cadre de la promotion du genre et celle des investissements dans le secteur énergie, en offrant aux membres du GFEM la possibilité d’enrichir leur connaissance du secteur et de renforcer leurs capacités dans ce domaine. Le projet qui s’étendra sur une période de cinq mois est mis en œuvre par la GIZ à travers son programme Electrification par les Energies Renouvelables (PERER).

Trois phases. Le projet se déroulera en trois phases. Dans un premier temps, l’information sur le secteur énergie à Madagascar : de l’état des lieux à la législation en passant par les perspectives d’avenir dans le domaine de l’énergie. Environ une soixantaine de femmes entrepreneures sont prévues de bénéficier de cette démarche à objectif informatif. Suivra par la suite le renforcement de capacités plus détaillé des membres du GFEM en matière d’énergie renouvelable et d’efficacité énergétique, ainsi que la création d’opportunités d’affaires, en abordant des thèmes précis tels que les besoins du marché, les meilleures pratiques et les opportunités et risques dans ces activités relevant du secteur énergie. Et enfin, il s’agira d’identifier les possibilités sur l’utilisation optimale de l’énergie dans trois entreprises membres du GFEM. « Les femmes entrepreneures malgaches sont encore très peu nombreuses à s’être engagées dans le secteur de l’énergie. Elles se sont en quelque sorte ‘autocensurées’, préférant peut-être évoluer dans leurs « zones de confort » en matière d’entrepreneuriat tel l’artisanat, les services, etc.  Pourtant, le secteur énergie représente, pour les femmes aussi, une grande opportunité. Elles se doivent de connaître ce secteur afin de pouvoir l’exploiter et y investir », a déclaré Fanja Razakaboana, présidente du GFEM lors de la signature de la convention de partenariat, hier. Cet appui du GIZ, sollicité par le GFEM, permettra aux membres du groupement d’envisager une possible démarche d’entreprendre dans ce domaine ô combien prometteur.

Hanitra R.


Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.