Festivités à l’Orphelinat FAZAKO : Jouets et friandises pour les pensionnaires



Jacaranda
Les 30 enfants du centre Fazako avec Mme Ginette Andriantsitohaina et une mécène sociale.

L’orphelinat FAZAKO (Farimbon’Asa ho an’ny Zaza Koloina) sis à Ambohibao Ambohijanahary a déjà démarré la célébration de la Fête nationale hier. Pour marquer le mois de l’Enfance et apporter un peu de douceur à ces enfants qui- pour une raison ou pour une autre, ont été séparés de leur famille- des jouets et des friandises leur ont été distribués.

Cérémonie. Les 30 orphelins du Fazako étaient en effervescence hier, ils avaient hâte de partager leurs performances artistiques (danses et chants) assidûment préparés devant le public composé de la présidente fondatrice du centre, Mme Ginette Andriantsitohaina, du Maire de la localité, de généreux donateurs, des éducateurs et des représentants de la presse et du ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme. Notons par ailleurs qu’enn auto-financement et avec l’appui des partenaires tels que les Amis du FAZAKOle centre peut assurer les 7 ou 8 millions d’Ariary nécessaires au fonctionnement mensuel de l’orphelinat.

Historique. L’orphelinata été créé en 1985, car sa fondatrice Mme Ginette Andriantsitohaina, adoreles enfants. Elle voulait donner une chance aux enfants -démunis et orphelins, issus de familles vulnérables- de réussir leur vie. Depuis ses 33 ans d’existence, 500 enfants ont déjà été pris en charge par le centre. Nombre de ces 500 orphelins sont devenus adultes et ont pu achever leurs études et s’intégrer socio-professionnellement au sein de la société. D’autres ont pu trouver des parents adoptifs aimants et responsables. La directrice de l’orphelinat, Rasoarimalala Michèle Claire explique les démarches d’intégration chez Fazako : « Nous mettons un point d’honneur à respecter les procédures légales. Nous nous assurons ainsi que les enfants soient vraiment issus de familles démunies. Ensuite nous nous tournons vers le Tribunal, les Juges des enfants, lesquels vont nous donner une ordonnance de garde. Et c’est là seulement que nous accueillons les petits et faisons de notre mieux pour leur donner une éducation complète. »

Famille. En discutant avec les petits pensionnaires du centre, on sent que chez eux, la résilience a remplacé l’insouciance, mais que la joie de vivre et la magie de l’enfance demeurent présentes. Ils jouent, ils rient aux éclats et gambadent dans la cour, bref ils ont l’air heureux. Vola, 10 ans, ne sait pas à quel âge elle a intégré le centre. Elle y est depuis sa toute petite enfance. Elle raconte sa vieà l’orphelinat: « Ma vie ici me plaît, car je ne suis pas seule, mais j’ai beaucoup  d’amis, qui pour moi, représentent ma famille. Nous grandissons ensemble, nous jouons ensemble et nous apprenons et découvrons beaucoup de choses ensemble. Je mange à ma faim et ma tante ainsi que ma grand-mère me rendent visite de temps en temps. »

Luz Razafimbelo

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.