Plateforme des personnes handicapées : Dynamisme et renforcement de capacités



Jacaranda
Le comité directeur de la Plateforme des fédérations des associations des personnes handicapées de Madagascar.

Etre porteur de handicap et être épanoui est un combat de tous les jours. Mais quand on se bouge et qu’on se forme, on peut renverser la vapeur petit à petit. C’est le cas de la Plateforme des fédérations des associations de personnes handicapées de Madagascar.

Projet Tomady. Dans le cadre du projet Tomady (« Bien portant ») qui a commencé en 2017 et se terminera en 2019, les représentants de cette plateforme issus des quatre coins de l’île ont tenu un atelier de renforcement de capacités dans les locaux de l’Eglise orthodoxe à Behoririka. Le projet Tomady est mis en œuvre dans quatre régions, à savoir : Vakinankaratra, Atsinanana, Atsimo-Andrefana et Analamanga. Ce projet poursuit deux principaux objectifs : plaidoyer pour la mise en œuvre de la Convention internationale sur les personnes handicapées et agir pour leur meilleure insertion socioprofessionnelle. Par ailleurs, l’atelier qui s’est clôturé hier fut surtout une occasion de rencontre pour les membres de cette plateforme qui sont éparpillés dans tout Madagascar.

Travail. C’est la raison pour laquelle, cette plateforme a décidé de procéder à un renforcement de capacités de ses membres pour une meilleure employabilité. Comme l’a dit Martial Manana, Président de cette plateforme, « l’union fait la force ». Regroupés dans cette structure qu’est la PFPH/MAD, ils pourront unir leurs efforts de manière plus efficace. Le combat est en effet loin d’être gagné. Même si grâce à la bonne volonté de quelques uns, des personnes handicapées ont pu trouver un travail décent ; nombreux sont encore ceux qui n’ont pas pu y accéder, faute de « conditions physiques adéquates » à Madagascar. Martial Manana d’ajouter : « Nous constatons que malgré quelques initiatives, la convention internationale sur les personnes handicapées n’est pas encore totalement mise en œuvre à Madagascar, bien que la Grande Ile l’ait adaptée. Ne serait-ce qu’en ce qui concerne le cadre juridique. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous avons mis en œuvre le projet Tomady, pour pouvoir entreprendre des lobbyings plus efficaces auprès des personnes cibles. » a-t-il rajouté.

Luz Razafimbelo

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.