Retraite – Secteur privé : Quid de l’équitabilité et de la sécurité financière ?



Jacaranda

Avec 10% de travailleurs affiliés à Madagascar, la protection sociale n’est pas encore suffisamment démocratisée dans la Grande Ile, malgré les efforts soutenus des parties prenantes. Des questions se posent notamment en ce qui concerne l’équitabilité de ces allocations et leur viabilité face à l’inflation galopante.

Equitabilité et inflation.  La question de l’équitabilité se pose effectivement par rapport à l’inégalité du montant alloué aux travailleurs, cadres et cadres de direction, qui pourtant, ont cotisé au même pourcentage durant leurs années actives. Par ailleurs, au montant qui n’est guère faramineux, le problème de l’inflation vient également s’ajouter ; comme pour compliquer encore un peu plus les choses pour les modestes travailleurs durant leurs vieux jours. Il suffit d’imaginer le cas d’un travailleur ayant gagné le double du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) durant sa vie active. A sa retraite, il ne touchera (plus que) à peine 120 000 Ariary. 120 000 Ariary pour les charges fixes mensuelles… Impossible de vivre décemment dans ces conditions. Tandis que de l’autre côté, le cadre dirigeant ayant travaillé avec lui pendant la même période dans la même entreprise, touche lui, 1 200 000 Ariary, pour en avoir gagné le triple durant sa vie active. Du coût, le compte n’est pas bon, la question de l’équitabilité fait sens.

Monde rural. Cette année, la Caisse nationale de Prévoyance sociale (CNaPS) a élaboré un régime de retraite pour les agriculteurs, qui constituent, quand même, 80% de la population malgache. Toutefois, la route est encore longue, car pour ces paysans, les filets de sécurité sociale, surtout en cas de maladie ne sont pas encore, pour le moment, garantis. Un ancien cadre dirigeant au sein d’un grand groupe international nous a confié, lors d’une interview : « De simples critiques ne semblent pas pouvoir résoudre des problèmes qui n’ont pas été  traités depuis les différentes républiques. A mon humble avis, il serait bon pour nous, de créer un système de protection sociale qui colle aux réalités malgaches ; mais en s’inspirant des modèles d’autres pays africains (ayant des traits communs avec nous) qui ont marché. »

Luz Razafimbelo

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.