Riposte contre la peste : Coordination et prévention comme leitmotiv



Jacaranda
Les officiels lors de la clôture de l’atelier de Revue après action de la lutte contre la peste au Carlton.

L’atelier de « Revue Après Action » (RAA) de la dernière saison pesteuse a été clôturé hier, à l’hôtel Carlton Anosy. Un plan d’actions stratégique a été élaboré. Le renforcement de la coordination et la prévention par la lutte contre les vecteurs ont été identifiés comme éléments-clés de la lutte contre cette épidémie.

Après une saison pesteuse houleuse, Madagascar a réussi tant bien que mal à mettre fin à la flambée épidémique, 2671 cas et 250 décès plus tard. Heureusement que l’épidémie a pu être endiguée. Seulement, selon la majeure partie des participants à l’atelier de RAA, à commencer par le Premier ministre Christian Ntsay qui l’a clôturé hier, la précédente riposte contre la peste a souffert de lacunes en coordination et en surveillance. L’erreur n’est plus permise, car toujours selon ce dernier, ce n’est plus qu’une question de temps : nous ne sommes plus qu’à un mois et demi du début de la (potentielle) prochaine saison. De septembre 2017 à avril 2018, une grande mobilisation a été constatée dans la lutte contre la peste et ce, aussi bien au niveau local, national, qu’international. Toutefois, il manquait cette synergie d’action qui boostait l’efficacité des efforts entrepris.

Approche vectorielle précoce. Charlotte Faty Ndiaye, Représentante de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), de confirmer les propos de Christian Ntsay : « Comme l’a dit le Premier ministre, un manque de coordination a été constaté dans la riposte contre la peste. Et c’est ce que nous sommes décidés à corriger dès maintenant, en parallèle avec l’approche vectorielle anticipée et précoce, c’est-à-dire tuer les principaux vecteurs de la maladie, à savoir le rat et les insectes par une dératisation à l’échelle nationale. Nous sommes prêts à appuyer le Ministère de tutelle pour éradiquer cette épidémie à Madagascar. » La représentante de l’OMS de rajouter : « Je tiens à rappeler que Madagascar dispose de toutes les conditions et structures nécessaires pour éradiquer la peste. Il manque juste une meilleure coordination et nous réussirons à éliminer la peste dans la Grande Ile. »

Actions. Le ministre de la Santé publique Yoël Rantomalala a confirmé quant à lui la pertinence de l’anticipation et de la pro activité de la prochaine saison pesteuse qui arrivera d’ici à un mois et demi. Il a également rassuré en disant qu’une structure de coordination a été mise en place et renforcée à tous les niveaux de système de santé, en l’occurrence du Groupe intersectoriel d’Appui contre la peste ou GIALP. Seront également renforcés  la surveillance épidémiologique et le contrôle des infections, la prise en charge rapide des cas détectés ; ainsi que les campagnes de communication et de sensibilisation aux fins d’engagement communautaire. La nécessité de la mise en place d’un fonds d’urgence et d’un budget pour une élimination de la peste a également été soulevée. Une « doléance » qui semble avoir trouvé un écho favorable chez les principaux partenaires financiers, à l’image du représentant de l’USAID qui a annoncé l’apport de 810 000 dollars supplémentaires à la lutte contre la peste à Madagascar. Précédemment, cette institution avait injecté 3,5 millions de dollars.

Luz Razafimbelo

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.