Réforme de la lecture des chiffres



Jacaranda
L’Académie malgache discute encore de l’éventuelle modification de la lecture des chiffres.

«L’idée est encore en discussion auprès de l’académie» selon le général Ramakavelo

Rien n’est encore fait, le projet est encore à discuter entre les académiciens.

À l’instar d’autres langues du monde, la langue malgache évolue. L’annonce d’une éventuelle réforme de la lecture des chiffres par un média en ligne local a provoqué de vives réactions de la part des Malgache. Contrairement à la lecture actuelle des chiffres – qui se fait de la droite vers la gauche – la nouvelle lecture s’effectuerait dans le sens inverse (de la gauche vers la droite). « Au lieu de iray alina,  ‘10 000’ serait désormais prononcé et écrit ‘folo arivo’ (dix mille), ‘100 000’, qui était lu ‘iray hetsy’, se lirait ‘zato arivo’ (cent mille) et ‘1 000 000’ ‘iray tapitrisa’ – deviendrait ‘arivonarivo’ (mille mille)» pouvait-on lire dans l’annonce. Contacté sur la question, le général Ramakavelo a fait savoir que « la nouvelle lecture n’est pas encore appliquée, mais au stade de discussion entre les académiciens ». Le général Ramakavelo de noter que « bon nombre d’académiciens trouvent qu’il est plus logique de lire les chiffres de la gauche vers la droite ». Pour l’académicien, « nous devons être plus logiques dans notre façon de lire les chiffres et se défaire de l’habitude ». Par ailleurs, une telle réforme ne serait effective sans « une application dans le système éducatif, notamment dans le programme scolaire de l’éducation de base ». «Les Malgaches auront du mal à s’approprier le changement si cela n’est pas inculqué dans le système éducatif » a interpellé le général Ramakavelo.

Retour. Les réactions qui ont suivi l’annonce de l’éventuel changement ont toutefois démontré un caractère typiquement malgache : la « peur du changement », qui se manifeste par l’adage « sarotra ny miala amin’ny mahazatra » et qui se traduit littéralement par « l’habitude est une seconde nature ». Beaucoup ont, en effet, reproché la difficulté de lecture. D’autres comme Haingo, une habitante d’Ambodivona, y voient un « copier-coller » de la réforme de l’orthographe menée par la France. « Parce que la France procède à la réforme de son orthographe, nous aussi, Malgaches, devons-nous le faire ?», s’est-elle interrogée. Par ailleurs, pour d’autres personnes, les changements apportés au vocabulaire n’ont « rien d’un produit de recherche ». Et c’est dans cet état d’esprit que beaucoup y ont manifesté leur réticence, voire leur refus. Si la lecture des chiffres se fait actuellement de la droite vers la gauche, les coordonnées téléphoniques ne suivent pas la même logique. Les Malgaches les lisent de la gauche vers la droite et ne semblent pas y éprouver tant de difficulté.

José Belalahy

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.