Région Alaotra Mangoro : Le projet « Rano Wash » lancé hier



Jacaranda
Le lancement officiel du projet « Rano Wash » a été effectué à Moramanga, hier.

Avec la région Mangoro, cinq autres régions du pays bénéficient du projet « Rano Wash »: «Accès des populations rurales à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène».

Si dans certaines régions de la Grande Île les besoins en eau sont plus ou moins satisfaisants, – soit par l’existence de ressources en eau en abondance, soit par les efforts menés par les différents organismes œuvrant dans le domaine de l’eau, assainissement et hygiène – la situation est toute autre dans la région d’Alaotra Mangoro. En effet, selon les dires de Lovy Rasolofomanana, directeur pays de « Water Aid » « sur une population de 1.527.450 que compte la région Alaotra Mangoro, seulement 7,28 % ont accès à l’eau potable». Le directeur pays de « Water Aid » de renchérir que «35,2% seulement de cette population ont accès à des latrines». Par ailleurs, le summum de la situation – qui est en fait une conséquence palpable du manque d’accès à l’eau potable – se résumerait au fort taux de malnutrition enregistré dans la région en question (soit 56,5% des enfants souffrent de malnutrition chronique d’après une étude nationale effectuée dans le cadre des objectifs du millénaire pour le développement, enquête 2012-2013). Situation paradoxale lorsque l’on sait qu’Alaotra Mangoro figure parmi les cinq régions les plus touchées par la malnutrition tout en étant l’une des régions qui disposent le plus de potentialités agricoles, le grenier du pays. Le lancement du projet « Rano Wash » dans 66 communes (sur les 87 que compte la région) voudrait donc renverser la tendance. Un projet qui arrive à point nommé étant donné l’urgence de la situation.

30.000 USD. D’une durée de cinq ans, le projet d’Accès des Zones rurales à l’Eau, à l’Assainissement et à l’Hygiène (Rano Wash) est financé à hauteur de 30 millions de dollars. Un financement signé Usaid. Le projet entend ainsi bénéficier 50 000 personnes de l’accès à l’eau potable. Le projet entend également permettre à 64 000 autres personnes riveraines de la région l’accès à des services d’assainissement de base ainsi que l’amélioration de 30 centres de santé et écoles de la région. Par ailleurs, touchant également cinq autres régions – à savoir Vatovavy Fitovinany, Atsinanana, Amoron’i Mania, Haute Matsiatra et Vakinankaratra – le projet en question prévoit de toucher en tout et pour tout 675 000 personnes – dont 300000 auront accès à l’eau potable grâce à 140 canaux de distribution et 375 000 autres qui pourront bénéficier d’un meilleur assainissement via des travaux d’amélioration d’infrastructures sanitaires. Il convient de noter que tel projet ne pourrait être réalisé sans la contribution de tout un chacun. Notamment, l’implication des populations cibles dans les efforts à mener pour l’atteinte des objectifs fixés. Une implication qui nécessite des actions de sensibilisation et de communication de la part des initiateurs du projet, mais également de la volonté d’entreprendre des cibles. Procédés que le projet entend mettre en pratique grâce à de nouvelles approches touchant directement les communautés locales. A suivre.

José Belalahy

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.