Santé auditive : Près de 500 patients dotés de prothèses



Jacaranda
Les patients, une fois reçus, sont informés du parcours qui les attend avant de recevoir leurs appareils auditifs sur place, le jour même.

L’ouïe fine retrouvée. C’est ce dont rêvent les centaines de personnes venues en masse, hier, à l’hôpital Andohatapenaka où se déroulait une mission de dotation de prothèses auditives aux personnes n’en ayant pas les moyens.

Venus d’Antananarivo et des contrées alentours, les patients malentendants ou souffrant de perte de l’audition ont été reçus et auscultés. Ceux ayant réellement besoin de prothèses auditives se sont vus en remettre une, voire deux : une pour chaque oreille, au terme d’une série de démarches au cours desquelles ils ont bénéficié d’une série d’examens, de tests auditifs et de conseils. Ils bénéficieront également d’un suivi régulier. Les patients, une fois reçus, sont confiés aux mains de plusieurs acteurs de la mission : volontaires, médecins et autres, pour l’enregistrement, les séries d’examens et de tests auditifs, l’étape de l’empreinte de l’oreille, la dotation de prothèse, les conseils concernant le port et l’entretien des appareils auditifs, etc.  Huit étapes plus tard, les patients repartent chez eux, tout heureux d’entendre à nouveau, ou mieux, certains entendent « bien » pour la première fois.

Cap sur Toamasina. L’initiative est de « Starkey Hearing Foundation », une fondation implantée dans 60 pays à travers le monde, dont Madagascar. En activité dans la Grande Ile depuis un peu moins d’une décennie, cette fondation créée en 1984 par William F. Austin et son épouse, intervient à Antananarivo, Antsirabe et Toamasina. La genèse de leur toute première mission à Madagascar remonte à 2011 et depuis, les missions successives de la fondation ont permis à des milliers de patients de retrouver une bien meilleure acuité auditive. Hier, 476 patients en ont bénéficié. Parmi ces centaines de patients figurent de nombreuses personnes âgées, assez éprouvées par les plusieurs heures d’attente avant d’être servies, mais l’attente en valait la peine pour ces sexagénaires, octogénaires, septuagénaires, voire octogénaires et plus. L’âge figure, en effet, parmi les principales causes de la perte de l’audition, outre diverses autres raisons, tels les traumatismes (sonores ou de nature diverse), la toxicité médicamenteuse et autres problèmes congénitaux. L’expérience des plusieurs missions menées par la fondation à Madagascar a permis d’identifier l’âge et le traumatisme comme étant les deux principales causes de la perte d’audition. Demain mercredi, 500 autres patients seront également dotés de prothèses auditives, mais cette fois, à Toamasina.

Hanitra R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.