Marovoay : Formation de 90 travailleurs par la CNaPS



Jacaranda
Yvan Rakotomalala, Coordonnateur de la CNaPS à Marovoay.

Depuis mercredi jusqu’à ce jour, la Caisse Nationale de Prévoyance sociale (CNaPS) a organisé une formation pour 90 travailleurs dans l’Ambato-Boeny à Marovoay.

Cette caisse nationale cherche effectivement à renforcer sa politique de proximité, poussée par la conviction qu’une protection sociale démocratisée favorise le développement. Une conviction qui, selon les dires de la CNaPS, s’est renforcée sous la direction de Harizaka Rabekoto Raoul. En ce qui concerne le cas de Madagascar, le manque d’effectivité de la protection sociale puise son origine dans le manque d’informations des uns et la méconnaissance des autres. Des lacunes en information qui concernent autant les travailleurs que les employés. Lors des formations à destination des travailleurs qu’elle organise, la CNaPS met ainsi l’emphase sur la vulgarisation du Code de Prévoyance sociale et du Code du Travail. La présente formation à Marovoay est assurée par le service d’Actions sanitaires et sociales de la CNaPS, conduite par M. Yvan Rakotomalala. La ville de Marovoay, deuxième grenier à riz de Madagascar, a été choisie en raison de son caractère rural. Effectivement depuis 2017, la CNaPS a commencé à réfléchir sur la mise en place d’une protection sociale effective pour les agriculteurs et les éleveurs. Mieja Andriamparanony, chef district de Marovoay de rajouter : « La ville de Marovoay abrite une population très cosmopolite exerçant dans divers domaines. Les gens aspirent tous à une protection sociale. Par ailleurs, plus les gens travaillent sous de meilleures conditions, plus  ils sont productifs et motivés. Sur ce, je fais appel à toutes les communes qui emploient des ECD (Employé de courte durée) de donner à ces travailleurs ce qui est de leur droit. »

Luz Razafimbelo

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.