Soatanàna-Manandriana : Les sériciculteurs fortement frappés par l’insécurité



Jacaranda
Une tisserande en pleine démonstrationPhoto Anastase.

Les habitants de Soatanàna dans le district de Manandriana, région Amoron’i Mania, sont réputés dans la sériciculture, notamment dans la transformation de la soie sauvage en vêtements, linceuls et divers articles en soie.

Ces sériciculteurs sont regroupés en deux coopératives : « Tambatra » et «  Firaisankina », comptant chacune plus de 120 membres. Chaque année, Soatanàna accueille de nombreux touristes nationaux et étrangers, comme l’a souligné Razafimalala Marie Françoise, présidente de la coopérative « Tambatra ». Malheureusement, se plaint-elle, l’approvisionnement en matières premières, principalement dans le district d’Ambatofinandrahana, se trouve fortement perturbé par l’insécurité. Les bandits n’hésitent pas à attaquer les collecteurs de cocon dans les forêts. Ainsi, la collecte est devenue très difficile et le prix au kilo du cocon s’élève à 40 000 ariary.

Coopératives citoyennes. En matière de commercialisation, la vente des produits s’effectue dans la majorité des cas sur place, avec la venue des touristes. Un point de vente est également disponible au magasin « Voajanahary » à Ambositra. Dans la capitale, les débouchés sont restreints et les produits demandent à être plus connus pour avoir plus accès aux marchés extérieurs, souhaite, Razafimalala, qui a même fait savoir que les coopératives « Tambatra » et « Firaisankina » sont des coopératives citoyennes dans la mesure où elles participent activement au développement de la commune de Soatanàna, comme la réhabilitation des routes, des ponts… , pour contribuer ainsi à la promotion de l’écotourisme et de l’artisanat dans l’Amoron’i Mania.

CHAN-MOUIE Jean Anastase

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.