Déraillement sur la ligne de la FCE : Délabrement avancé et manque d’entretien



Jacaranda
Légende : L’unique train desservant la ligne FCE, un jour avant le drame. (Photo : Mika Razafimbelo).

L’énième déraillement sur la ligne ferroviaire Fianarantsoa- Côte Est (FCE) survenu samedi dernier à Ranomena est dû à la vétusté et à l’état de délabrement avancé des rails et des infrastructures et au manque d’entretien flagrant.

Un véritable gâchis autant sur le plan économique que touristique. Une petite famille partie en vacances dans la région la semaine dernière et ayant opté pour un « train tripping » (voyage en train) sur la FCE a constaté de visu l’état précaire de cette ligne ferroviaire, pourtant stratégique et (encore) importante sur le plan économique. « Mon épouse et moi avions choisi cette année d’emmener nos fils pour une belle aventure sur la côte orientale de Madagascar avec un moyen de transport original et historique : le train. Pour le côté « aventure » et découvertes, nous étions pleinement satisfaits, tellement les paysages étaient d’une beauté à couper le souffle, mais aussi à cause du suspense (et de l’inquiétude) qui étaient omniprésents durant le voyage, tellement les wagons étaient surchargés et dans un état lamentable et les arrêts fréquents en raison du mauvais état du chemin de fer. Nous sommes partis de Fianarantsoa à 7h du matin et ne sommes arrivés à Manakara qu’à 1 h du matin. »

Exportation et tourisme. Un autre facteur à souligner, l’insuffisance du nombre de wagons et de locomotives. Seul un train est opérationnel sur cette ligne, qui assure à la fois le transport des voyageurs et le transport des marchandises. Or auparavant, il y en avait deux, un dédié aux voyageurs et un autre pour les marchandises, sachant que cet axe est stratégique pour la culture, la distribution et l’exportation de produits de rente (le litchi, le girofle, le café, etc.).  Par ailleurs, la ligne FCE possède aussi un autre potentiel, énorme : l’exploitation touristique. Si son entretien et sa gestion sont améliorées et menées équitablement, elle pourra  constituer un produit (éco) touristique haut de gamme en plus de générer des emplois pour les communautés alentour et favoriser les contacts interculturels. Qui dirait non en effet à un voyage dans un train luxueux à travers les paysages verdoyants et luxuriants du Sud-Est, les plantations parfumées et colorées, avec un arrêt à chaque gare pour un contact avec les communautés locales ?

Historique. Rappelons que comme tous les chemins de fer malgaches, la ligne FCE date de l’époque coloniale. Plus précisément de 1926, ralliant Fianarantsoa à Manakara sur 163 km, elle passe par une quinzaine de gares (17 auparavant, mais nombre d’entre elles ne sont plus fonctionnelles) et divisée en trois tronçons/ étapes.  La semaine dernière, 18 heures de voyage  étaient nécessaires pour relier Fianarantsoa à Manakara, tellement le chemin de fer était délabré. En dépit de près d’un siècle d’existence la ligne FCE est toujours opérationnelle, mais tellement en mauvais état, car ne bénéficiant de peu, voire pas du tout, d’entretien. A titre d’exemple, rien qu’en l’espace de neuf ans, trois déraillements ont été rapportés sur, à savoir : en juillet 2009, avril 2015 et le dernier qui est survenu samedi.

Luz Razafimbelo

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. Il a des blessés ? Les véhicules roulent à nouveau ?
    Peu d’info dans cet article

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.