Région Anosy : Hausse de la concentration de la radioactivité observée



Jacaranda
Le taux de radioactivité n’est pas alarmant dans la ville de Fort-Dauphin.

Le seuil maximal du taux de radioactivité toléré par le corps humain est de 20 microcybel.

Les nouvelles sur l’existence d’éventuelles maladies causées par la radioactivité dans la région Anosy ont créé des remous dans la Grande-île. Pour éclairer les lanternes, des responsables tels que le Directeur Général de l’Office Nationale (DG) de l’ONE, le chef de région d’Anosy ainsi que le ministre de l’Environnement, de l’écologie et des forêts ont donné leurs avis sur la question lors de la conférence sur les expériences du Comité de Suivi-Evaluation régionale Anosy (CSER Anosy) à l’hôtel Carlton avant hier. Pour sa part, Rakotoary Jean Chrysostome, Directeur Général de l’Office Nationale de l’Environnement a fait savoir que «le seuil maximal de taux de concentration de radioactivité n’est pas encore dépassé à Fort Dauphin. La concentration du taux de radioactivité a augmenté ces dernières années dans la région Anosy. La hausse n’a cependant pas de conséquence sur la santé de la communauté étant donné que le taux de radioactivité enregistré dans les mines du projet QMM – et non dans la ville de Fort-Dauphin ou encore dans les zones périphériques – est actuellement de 0,5 micro-bel». Le DG de l’ONE de continuer son explication que «la hausse pourrait avoir été causée par le fait que des composés comme l’ilménite ou le rutile ont été déterrés».

Démentis. «Nous avons besoin de critiques mais il faut que celles-ci soient constructives». Propos soutenus par le directeur général de l’ONE pour signifier que «les nouvelles propagées ne sont pas fondées». Propos également appuyés par la mairesse de la commune rurale d’Ampasinampoana. «Je n’ai pas encore observé quelques anomalies que ce soit depuis que j’ai gouverné la commune rurale d’Ampasinampoana». Avant de noter que «des descentes ont été menées auprès du CSB II de la commune pour voir ce qu’il en était réellement. Les responsables auprès du CSB II n’ont pas non plus observé des maladies ou des anomalies liées à la santé de la population locale». La descente de médecin auprès de la communauté environnante aurait permis d’observer des cas d’hydrocéphalies chez des enfants. Par ailleurs, des contrôles environnementaux ont été menés depuis des années dans cette partie de la Grande-île. Sous l’égide du CSER Anosy, lesdits contrôles ayant permis d’enregistrer 31 plaintes venant de divers projets et 130 autres dans le cas du projet QMM. Outre la gestion des plaintes, le comité a assuré le suivi de proximité des projets de la région Anosy. Si les suivis semblent être opérationnels, l’amélioration de la gestion de l’environnement par l’intermédiaire du décret Mecie constitue un défi majeur pour la Grande-Île selon les dires du DG de l’ONE.

José Belalahy

Share This Post

2 Comments - Write a Comment

  1. Heureusement pour l’auteur qu’à Madagascar, écrire n’importe quoi est autorisé sans risque de sanction.
    Mais ça reste ridicule.
    Beaucoup d’erreur et d’incompetence. Pourquoi ne pas avoir demandé les vocabulaires valables avant de publier? 😂😂😂

  2. Arrêtez de publier quelque chose que vous ne maîtrisez pas merci de consulter l’INSTN Madagascar expert en la matière avant d’affoler la population

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.