EPS BEPC et Baccalauréat : Les candidats avertis des dangers des boissons énergisantes  



Jacaranda

Rien que pour cette année, trois candidats à des examens officiels ont déjà perdu la vie dans le cadre des épreuves d’éducation physique et sportive.

Les victimes sont prises de malaise pendant ou juste après l’effort, puis perdent connaissance et décèdent par la suite. Ces situations sont dues essentiellement à la prise de boissons énergisantes ou d’autres produits destinés à augmenter la force physique. Du dopage pur et simple qui conduit les victimes à la mort.

Avant d’être accueillis pour les épreuves d’éducation physique et sportive (EPS) au baccalauréat comme au BEPC, les candidats sont avertis par les examinateurs, de manière quasi-systématique, sur les dangers des boissons énergisantes que certains candidats sont tentés d’absorber, espérant « tripler » leur force. Ces boissons s’avèrent être très dangereuses pour les personnes souffrant de cardiopathies bénignes souvent non diagnostiquées et donc ignorées des individus concernés. Même pour les bien-portants, les boissons énergisantes ne sont pas recommandées lorsqu’il s’agit de se dépenser physiquement et donc de solliciter plus que d’habitude les muscles cardiaques. En effet, ces boissons, un concentré de substances stimulantes, représentent un sérieux danger, notamment lorsqu’elles sont consommées en grande quantité ou associées à une pratique sportive plus ou moins intense, ou à de l’alcool. Même sans consommation d’alcool, elles ont pour effet de masquer ou de réduire les effets de la fatigue physique – ou du stress – et conduisent l’individu à surestimer sa résistance.

 

Cocktail explosif. La composition des boissons énergisantes varie d’un produit à l’autre, mais elles contiennent généralement de la caféine qui produit un effet excitant et à forte dose, des effets secondaires cardiovasculaires, respiratoires, digestifs et autres ; du sucre ? ou de l’édulcorant à raison du double de l’apport journalier recommandé ; du glucuronolactone, un sucre naturellement présent dans l’organisme, dont la teneur dans les boissons énergisantes représente une quantité 500 fois ou 600 fois plus élevée que la consommation journalière apportée par l’alimentation, soit l’équivalent d’une consommation alimentaire en glucuronolactone de 500 à 600 jours ; de la taurine, un acide aminé soufré présenté dans des études comme pouvant être neurotoxique ; et bien d’autres.

Ainsi, face à la tentation de consommer ce type de boissons dans le dessein de se surpasser et d’obtenir de meilleures performances, les avertissements se multiplient auprès des centres d’examen d’EPS. Car outre les examens officiels de l’éducation nationale, certains concours d’admission dans les écoles de gendarmerie ou de l’armée, incluant des épreuves physiques assez intenses, ont déjà été endeuillés par des décès de candidats, avec une forte suspicion de consommation de boissons énergisantes ou d’autres substances stimulantes.

Hanitra R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.