Assainissement d’Antananarivo : Lancement officiel de « l’opération coup de poing » hier

L’assainissement des villes ne devrait pas attendre la résurgence de la peste pour être engagé.

L’urgence de l’assainissement et de l’hygiène décrétée la semaine dernière a commencé à être appliquée hier par le SAMVA.

 « La collecte des ordures se fera de jour comme de nuit ». Ce sont là les mots d’ordre prononcés lors du lancement officiel de « l’opération coup de poing » à Anosibe, hier. Une opération initiée par le Service Autonome de Maintenance d’Antananarivo (SAMVA), qui vise à « débarrasser la capitale malgache de ses ordures durant sept jours à compter d’hier ». Pour  ce faire, l’organisme chargé de la maintenance de la ville des Mille va « travailler vingt- quatre heures sur vingt- quatre ». Une initiative qui intervient suite à la résurgence de la peste déclarée par le ministère de la Santé publique et qui – bien que timidement – déclenche chez quelques particuliers une once de panique. Sentiment qui pourrait trouver sa source de la dernière épidémie de peste qui a sévi dans la Grande Île et qui a fait des victimes. La réalisation de l’opération coup de poing devra se faire grâce à une collaboration entre le SAMVA et la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA). « Un partenariat va être mis en place avec la CUA, notamment dans l’utilisation des camions. Des donateurs ont également prêté main-forte à l’initiative afin de permettre une collecte effective des ordures » a fait savoir Jocelyne Ratahiriarivo, responsable auprès du SAMVA.

Insuffisant. L’amoncellement des ordures dans la capitale serait également causé par le manque de bacs destinés à les recevoir, outre l’incivilité de sa population. En effet, le nombre de bacs à ordures enregistré  dans la capitale serait actuellement de 235. Ce qui complique déjà le travail de collecte  car le nombre de camions engagés durant l’opération coup de poing est en deçà de cet effectif bien que des camions des régions ont été dépêchés grâce à une collaboration avec le Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC). L’une des causes de l’amoncellement d’ordures à Antananarivo serait également la hausse du nombre de ses habitants. Une raison qui fait que la peste qui sévit chaque année en faisant de nombreuses victimes est endémique au pays, malgré les efforts menés chaque année pour l’éradiquer.

José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.