Le point sur la rougeole : 8215 cas notifiés, 38 districts en recrudescence et 575 hospitalisés



Jacaranda
Symptomatique, le traitement de la rougeole dépend de l’immunité du patient.

La rougeole fait partie des maladies infectieuses qui se transmettent facilement. Elle est également facile à soigner si les malades arrivent à temps auprès des centres de santé.

La résurgence de la rougeole continue de faire parler d’elle. Une situation qui serait en train de se développer à un rythme effréné selon l’observation de la population tananarivienne qui affirme « trouver des cas chaque jour« . Les cas rapportés par ladite population pourraient être fondés étant donné que la « maladie se transmet via l’air respiratoire« . « La rougeole se transmet facilement. Il suffit que vous vous mettiez à proximité d’une personne qui est atteinte pour que vous la contractiez vous aussi« , a fait savoir le Pr Mamy Randria, Directeur d’établissement auprès du centre hospitalier universitaire Joseph Raseta Befelatanana. Avant de noter « seules, les personnes non encore vaccinées contre la maladie ou n’ont pas encore été atteintes peuvent la contracter« . Interrogé sur les cas rapportés selon quoi des « personnes ayant été vaccinées auraient contracté de nouveau la maladie », le Pr Mamy Randria d’expliquer « il est cliniquement impossible pour une personne qui a déjà eu les doses de vaccins de rougeole nécessaires d’être de nouveau atteinte. Le souci dans ce cas précis est de savoir quel type de vaccin la personne a bénéficié. Il se pourrait en effet que, la personne non encore vaccinée contre la rougeole mais qu’avec le lot de vaccin effectué, elle se dit qu’elle l’a déjà été. Il faut donc déterminer le vaccin déjà administré à la personne. Une entreprise qui pourrait être difficile à réaliser étant donné « un certain laisser-aller » dans le suivi médical des vaccins. « Il y a eu un certain relâchement aussi bien de la part de la population que de celle des agents de santé en ce qui est du suivi strict du carnet de vaccination » a rapporté le Pr Mamy Randria.

Le pourquoi. La rougeole sévit plus particulièrement à Antananarivo et ses zones périphériques. « Le faible taux de vaccination » enregistré à Madagascar en serait la cause. « Plus de10% des Malagasy ne sont pas actuellement vaccinées contre la rougeole« . Un taux qui ne permet pas « d’endiguer d’éventuelle résurgence de la maladie » selon toujours les explications du Pr Mamy Randria étant donné que « plus le nombre de personne vaccinées augmente, plus il y a moins de risque de contamination« . Une part de responsabilité liée à l’épidémie actuelle serait des parents qui n’ont pas voulu faire vacciner leurs enfants. L’autre part reviendrait au ministère de la Santé publique et aux organisations de la société civile œuvrant dans la santé publique. Notamment, en ce qui concerne « le manque d’éducation et de sensibilisation citoyenne quant aux avantages de la vaccination« . « Ce ne sont pas réellement les sensibilisations qui manquent, elles n’apportent pas les objectifs fixés ». D’où la situation épidémiologique actuelle qui «  est encore gérable » d’après les dires du Pr Mamy Randria. L’avenir va sûrement en dire plus.

Les symptômes

Touchant particulièrement « les personnes ayant la santé fragile« , la rougeole se manifeste en générale par : des éruptions cutanées, des conjonctivites, des toux sèches et des douleurs musculaires, de la fièvre. Des symptômes qui apparaissent aussi bien chez les enfants que les adultes qui devraient être l’élément déclencheur pour une consultation médicale. Comme l’a interpellé le Pr Mamy Randria « si les symptômes se présentent, il est recommandé d’aller directement auprès des centres de santé ou encore les hôpitaux pour bénéficier des soins nécessaires« . Il convient également de noter que le traitement de la rougeole est purement symptomatique.

José Belalahy

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.