Paludisme : 5 districts classés « zones d’élimination »



Jacaranda
La présentation par la DLP de la nouvelle politique stratégique national de lutte contre le paludisme, hier, à Androhibe.

Si le paludisme reste un fléau à combattre à Madagascar, avec 21,6% de sa population vivant en zone de forte endémicité, la lutte contre cette maladie connaît quelques succès.

Cinq districts de Madagascar font maintenant partie de la zone d’élimination du paludisme, selon les dernières informations fournies par la Direction de la lutte contre le paludisme (DLP) au sein du ministère de la Santé publique. Il s’agit des districts d’Antananarivo Renivohitra, Antananarivo Avaradrano, Antananarivo Atsimondrano et Antsirabe I. En plus clair, ces districts, pour qu’ils soient classés « en élimination », doivent enregistrer une incidence en dessous de 1%. Quatre districts sont, pour leur part, en voie d’élimination du paludisme (avec un taux de positivité à moins de 5%), à savoir Antsirabe II, Manjakandriana, Antsiranana II et Mahajanga I. En revanche, le paludisme reste un fléau à combattre dans le pays où l’incidence est actuellement de 31 pour mille.

PSN. Forte des expériences et des résultats antérieurs en matière de lutte contre le paludisme, la DLP vient de finaliser le nouveau Plan Stratégique national (PSN) de la lutte contre cette maladie pour la période 2018-2022, avec un objectif « zéro décès » au terme de cette échéance. Il s’agira par ailleurs d’amener le nombre des districts en phase d’élimination de 5 à 16, et ceux en phase de pré-élimination de 4 à 74 d’ici 2022. Le nouveau PSN prend en compte aussi bien la prise en charge que la prévention, ainsi que l’organisation et l’opérationnalisation des diverses activités entrant dans la lutte. L’objectif est de protéger au moins 90% de la population malgache en mettant en œuvre les campagnes d’aspersion intra-domiciliaire (CAID) et les distributions de moustiquaires imprégnées d’insecticide à effet durable (MID). Les femmes enceintes et les enfants sont particulièrement ciblés.

CAID et MID. Ainsi, pour l’année 2019, la campagne de distribution de MID se poursuivra. Il s’agira d’une campagne pour tous les ménages dans 106 districts, dont 15 sont nouvellement inclus dans la distribution en 2018 pour les zones à forte endémicité. De même, la distribution de ces MID se fera également dans le cadre de la distribution de routine pour les enfants âgés de moins d’un an complètement vaccinés ; et les femmes enceintes venant de faire la première consultation prénatale auprès des formations sanitaires publiques ; ainsi que pour les enfants de moins de cinq ans présentant l’une des quatre maladies prioritaires que sont la diarrhée, le paludisme, les infections respiratoires aigües et la malnutrition. Par ailleurs, l’acquisition des MID par le canal du secteur privé permet à la population de se les procurer à des prix subventionnés. Quant aux CAID, elles se feront en 2019 dans les cinq districts à forte endémicité, à savoir Toliara II, Sakaraha, Ampanihy, Betioky et Ihosy, ainsi que dans les zones à recrudescence, outre la campagne focalisée au niveau des zones de pré-élimination.

Gratuit. Plusieurs autres activités entrent également dans les perspectives de 2019 dans le cadre de la PSN pour les divers services de la DLP, en matière de prise en charge, de lutte anti-vectorielle, de surveillance épidémiologique, de communication, etc. Rappelons que la prise en charge du paludisme simple dans les établissements sanitaires publics est gratuite, incluant le dépistage avec le test de diagnostic rapide et le traitement ACT.  Dans le privé, les prestataires reçoivent ces intrants à des prix subventionnés.

Hanitra R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.