Permis (non) biométrique : Où est-ce qu’on en est?

Jacaranda

La reprise de la production des permis de conduire et des cartes grises biométriques devaient se faire quelques semaines après la déclaration de suspension du contrat conclu entre le gouvernement malgache et la société Cetis Madagascar. Des mois après, aucune information sur l’affaire.

Le silence assourdissant du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation concernant la production et la délivrance de permis – censés être biométriques, des vrais – intrigue. Aucune information sur la suite de l’affaire « permis biométrique » n’est sortie des organes responsables jusqu’à présent. La dernière occasion pour les Malgaches d’avoir bénéficier de quelques éléments de réponse remonte au mois d’octobre 2018, plus particulièrement lors d’une conférence de presse organisée par le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation pour annoncer la suspension du contrat passé entre ledit département et la société Cetis Madagascar. Des responsables auprès du MID ont également fait savoir ce jour-là que « les permis produits et délivrés par la société en question étaient des faux« . Comme l’a indiqué le directeur général de l’Administration du Territoire de l’époque qui a fait savoir que les imprimés produits par « la société Cetis Madagascar n’ont pas respecté les normes requises pour les permis biométriques« . Presque trois mois après la déclaration de la suspension du contrat conclu  entre le MID et la société Cetis Madagascar, le flou persiste sur la suite de l’histoire. Le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, le premier responsable en la matière, semble s’être focalisé uniquement sur les présidentielles.

L’arnaque continuerait-elle. Pour le moment, une source proche du dossier de faire savoir que « la production des permis est actuellement suspendue« . « Le centre immatriculateur procède uniquement à la réception des dossiers de demande de livraison et de production » a rajouté notre source. Avant de rappeler que « le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation a déjà conclu un autre contrat avec une autre société qui va assurer la production et la livraison de permis biométriques. Toutes les procédures ont été validées mais on ne sait pas pourquoi les travaux n’ont pas encore commencé« . Il convient également de noter que le ministère s’est engagé à renouveler gratuitement les permis de ceux qui ont été arnaquées par l’ancien contrat. Une initiative louable en soi  certes, mais des questions se posent tout de même sur la faisabilité de la chose. Comment le ministère de tutelle va-t-elle s’y prendre financièrement ? Techniquement, comment la nouvelle société qui aurait conclu un contrat avec le ministère compte-t-elle procéder ? Le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, le ministre lui-même pourraient-il garantir l’opinion publique que les prochains permis seront des vrais ?

José Belalahy

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.