Ministère de la Communication et des Relations avec les Institutions : Le professionnalisme et la démarche participative au cœur des projets de réforme

Jacaranda
Poignée de mains fraternelle entre le ministre sortant de la Communication Riana Andriamandavy VII et la nouvelle ministre Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo à Nanisana hier.

En mettant à l’honneur la démarche participative, le ministère de la Communication et des Relations avec les Institutions (MCRI), s’attèlera sous le lead de la nouvelle ministre Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo à la professionnalisation du secteur et aux réformes, notamment celles du Code de la Communication, de la régulation de la presse privée, de la couverture médiatique nationale et de l’attribution des cartes de presse.

C’est ce qui a été annoncé, hier à Nanisana, lors de la passation de service entre le ministre sortant de la Communication et des Relations avec les Institutions, Riana Andriamandavy VII et la nouvelle ministre de la Communication, Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo. Après avoir dressé un bref bilan de son mandat, duquel le ministre sortant s’est déclaré satisfait, celui-ci a remercié ses proches collaborateurs et ceux des organismes rattachés, notamment ceux de l’Office de la Radio- Télévision publiques de Madagascar (ORTM). Il a aussi salué le rôle délicat qu’ont assumé les médias privés comme publics dans la préservation de la paix durant la période électorale cruciale que le pays vient de traverser. En souhaitant le meilleur des mandats à Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo, Riana Andriamandavy a soutenu que l’amélioration du Code de la Communication et de son opérationnalisation- qui selon lui est encore un « plat de riz froid » ou encore « vary mangatsiaka » pour reprendre ses termes- figure parmi les plus grands challenges, sinon le premier que le MCRI doit relever. Un constat partagé par la nouvelle ministre, qui en fera la priorité des priorités de son chantier. Riana Andriamandavy VII a par ailleurs évoqué le manque de budget alloué au MCRI, pour ne parler, dit-t-il que du manque flagrant en postes budgétaires au sein de ce ministère.

Contrat-Programme. Dans son allocution, la nouvelle ministre Lalatiana Rakotondrazafy A. a dressé les grandes lignes de son « contrat-programme ». Elle a soutenu aussi que l’exécution de celui-ci se fera dans le respect « très strict » de la loi, la discipline, le professionnalisme et l’obligation de résultats, avec la démarche participative à l’honneur. A titre explicatif, cette démarche participative implique la consultation et la concertation entre tous les acteurs et les parties prenantes de la Communication, ex : les autorités, les journalistes, la société civile, ou encore les patrons de presse, etc. Ceci pour une professionnalisation du secteur de la Communication et que celui-ci devienne enfin modèle et moteur de développement. Parmi les grandes lignes de ce contrat-programme, nous noterions principalement : la réforme et l’amélioration du Code de la Communication, de l’Autorité nationale de régulation de la communication médiatisée où l’alternance et l’équilibre entre public et privé sera installée, l’attribution des cartes de presse qui a provoqué des remous, voire des dissensions au sein du corps de métier concerné. La modernisation et la mise aux normes de l’ORTM figure également dans le contrat-programme du MCRI.

Lutte contre la cyber-criminalité. Vient ensuite un point très important, surtout pour le grand public : la lutte contre la cyber criminalité, qui actuellement atteint des proportions inquiétantes. Celle-ci figure aussi parmi les priorités du MCRI. Il a été indiqué que si le cybercriminel en question ne réagit pas encore favorablement face aux avertissements, des mesures répressives seraient adoptées. Interrogée sur ces répressions qui pourraient avoir lieu, la ministre de la Communication et des Relations avec les Institutions a répondu qu’il fallait se référer aux textes. Pour les professionnels de la Communication et le public averti, ce serait évident. Cependant, pour le grand public, non averti et utilisant massivement les réseaux sociaux, cela ne l’est forcément pas. Il serait ainsi judicieux de sensibiliser celui-ci à se renseigner sur les législations en vigueur, ou carrément l’en informer et l’éduquer. L’information et l’éducation figurant d’ailleurs, parmi les principaux rôles des médias en particulier et des communicateurs au sens large. Parler d’éducation ramène au contrat-programme du MCRI, duquel un projet d’éducation citoyenne et civique des Malgaches représente un point focal. Par ailleurs, Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo a annoncé que le MCRI doit rendre, dans deux semaines, son nouvel organigramme au Chef du gouvernement. Elle a aussi annoncé que jeudi prochain, elle doit rendre toujours au Premier ministre, la première version de son contrat-programme.

Luz Razafimbelo

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.