Cancer du col de l’utérus : La vaccination contre les HPV, « sûre et indispensable », selon l’OMS

Jacaranda

Des rumeurs qui n’ont pas de fondement scientifique, représentent un frein à la vaccination contre les papillomavirus humains, pourtant préconisée pour lutter contre le cancer du col de l’utérus.

La vaccination contre les papillomavirus humains (HPV) est « sûre et indispensable pour éliminer le cancer du col de l’utérus », ont réitéré les autorités sanitaires à l’occasion de la journée mondiale contre le cancer, avant-hier. L’occasion était saisie pour dénoncer des rumeurs en tous genres sur les vaccins qui « entravent l’augmentation de la vaccination qui est pourtant cruciale dans la prévention du cancer du col de l’utérus », a affirmé dans un communiqué Elisabete Weiderpass, directrice du Circ/IARC, un centre international de recherche sur le cancer qui dépend de l’OMS. Le même organisme indique que 570.000 nouveaux cas de cancer du col de l’utérus ont été diagnostiqués dans le monde en 2018, tandis que 310.000 femmes, essentiellement issues des pays à faibles ou moyens revenus, décèdent chaque année de ce type de cancer. Celui-ci pourrait être à l’origine de 460.000 décès chaque année d’ici à 2040 en l’absence d’une avancée palpable en matière de prévention.

 Prévention. La vaccination figure, outre le dépistage, parmi les mesures de prévention indiquées contre les HPV, virus fortement répandus qui se transmettent par les rapports sexuels. Les HPV 16 et 18 notamment, sont à l’origine de près de 70% des cancers et des lésions précancéreuses du col de l’utérus. Les recommandations de l’OMS encouragent la vaccination des filles de la tranche d’âge de 9 à 14 ans, avant le début de l’activité sexuelle.

Le vaccin fait, cependant l’objet de controverses, notamment comme étant à l’origine de la sclérose en plaques. Cependant, aucun lien soutenu par des études scientifiques suffisamment complètes, n’a, jusqu’à présent, pu être établi. A l’occasion de la journée mondiale contre le cancer, lundi dernier, le Circ confirme que le vaccin contre les HPV est « efficace et sûr ».

Dépistage. Outre la vaccination, l’OMS préconise bien entendu le dépistage, mais également le traitement des lésions précancéreuses. S’y ajoutent, dans le cadre de la stratégie globale de lutte contrer le cancer du col de l’utérus, le diagnostic et le traitement du cancer invasif du col de l’utérus, lequel est « curable s’il est diagnostiqué à un stade précoce », souligne l’OMS. Afin de réduire la circulation des HPV, plusieurs pays envisagent la vaccination des garçons. Car outre le cancer de l’utérus, les papillomavirus humains peuvent également être à l’origine du cancer de l’anus et de cancers ORL, à la suite de contacts sexuels bucco-génitaux.

Hanitra R.

           

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.