Coopération santé Madagascar-Maroc : La construction d’un hôpital à Antsirabe en bonne voie

Jacaranda
L’ambassadeur du Maroc, reçu, avant-hier par le ministre de la Santé publique.

Un hôpital dédié à la santé de la mère et de l’enfant est en cours de construction dans la ville d’Eaux, avec l’appui du Royaume du Maroc.

Les travaux de construction de l’hôpital à Antsirabe en partenariat avec le Royaume du Maroc avancent sans problème, a-t-il été appris lors d’une visite de courtoisie de l’ambassadeur du Maroc, Mohammed Benjilany, auprès du nouveau ministre de la Santé publique, le Pr Julio Rakotonirina, avant-hier. Une rencontre au cours de laquelle a été abordée la mise au point sur ce projet de construction de l’hôpital à Antsirabe. Il s’agit d’un hôpital dédié à la santé de la mère et de l’enfant.

Rappelons que le choix de la ville d’Antsirabe pour construire cet hôpital n’a pas été fortuit, la Ville d’Eaux ayant un lien historique particulier avec le Royaume du Maroc. Antsirabe était en effet, le lieu d’exil du roi Mohammed V – grand-père de l’actuel roi du Maroc, Mohammed VI – et de sa famille en 1954. Envoyé en exil en août 1953 par le pouvoir colonial français, en Corse, puis à Madagascar en janvier 1954, le roi Mohammed VI et sa famille ont résidé à l’actuel Hôtel des Thermes à Antsirabe pendant près de deux ans. En novembre 1955, la famille royale en exil regagne son pays, dont l’indépendance allait être déclarée quatre mois plus tard, en mars 1956.

Ce lien avec Madagascar, et en particulier avec la ville d’Antsirabe, renvoie certes à un passé historique douloureux pour le peuple marocain, mais il a marqué également « le début d’une relation fraternelle entre les deux pays », pour rappeler les propos du roi Mohammed VI lors de sa visite officielle à Madagascar en 2016, au cours de laquelle, il a posé la première pierre du futur hôpital.

Hanitra R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.