Gestion des situations d’urgence humanitaire à Madagascar 5 millions de dollars de l’UNOCHA

Jacaranda
: Depuis le 4 octobre 2018 jusqu’au 7 janvier 2019, 19 539 cas de rougeole ont été recensés par le ministère de la Santé publique, selon l’OMS.

Pour soutenir la Grande Ile face aux situations d’urgence humanitaire auxquelles elle fait face depuis fin 2018, le Fonds central de Réponses aux urgences des Nations unies (CERF) vient de lui accorder une aide financière de 5 millions USD.

 Notons que le CERF est géré par le Bureau de la Coordination des Affaires humanitaires de l’Organisation des Nations unies (UNOCHA). Sur ces 5 millions USD fraîchement débloqués, 1 million USD sera consacré à la riposte contre l’épidémie de rougeole dont plus de 19 539 cas ont été recensés jusqu’à présent. Une aide qui peut contribuer à combler progressivement le gap financier encore nécessaire pour endiguer complètement cette épidémie de rougeole, ayant atteint un pic effrayant en décembre dernier. Dans son bulletin d’information sur les flambées épidémiques datant du 17 janvier 2019, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) notifie en effet  : « Entre le 4 octobre 2018 et le 7 janvier 2019, le Ministère de la santé de Madagascar a notifié 19 539 cas de rougeole », Par ailleurs, à la mi-janvier 2019, une source auprès de la Direction du Programme élargi de vaccination auprès du ministère de tutelle, a indiqué que la totalité du budget nécessaire pour entreprendre la troisième phase de la campagne de vaccination gratuite prévue en avril est encore à rechercher, notamment au niveau opérationnel. Le Fonds des Nations unies pour l’Enfance (UNICEF) et l’OMS appuient activement le gouvernement pour la réussite de ces campagnes, sans omettre les divers autres partenaires, nationaux comme internationaux. Par ailleurs, rappelons qu’en octobre 2018, 1 million USD a été accordé par le CERF au gouvernement pour l’anticipation de l’épidémie de peste, ce qui manifestement a contribué à atténuer la flambée épidémique pendant l’actuelle saison pesteuse (qui ne se terminera qu’en mars-avril).

 460 000 bénéficiaires dans le « Deep south ». Les 4 millions USD restants seront utilisés pour lutter contre la sécheresse chronique et tous ses effets pervers (malnutrition chronique, manque d’eau, épidémies et insécurité, etc.) dans le grand Sud de Madagascar. Le gouvernement malgache et  l’Equipe humanitaire pays ont en effet lancé un « Appel éclair » en raison des situations d’urgence humanitaire auxquelles le pays a fait face depuis le dernier trimestre de 2018. Les effets ont été particulièrement graves à Beloha et Ampanihy, qui seront donc traités en conséquence dans la gestion de cette aide. 460 000 personnes dont 100 000 âgés de moins de 5 ans en bénéficieront directement dans le grand Sud. Les aides seront multisectorielles, car elles concerneront le secteur WASH (eau, hygiène et assainissement) , la sécurité, la nutrition et la sécurité alimentaire, ainsi que l’agriculture et la santé. C’est la raison pour laquelle notamment, une grande mobilisation est constatée du côté des agences des Nations unies : Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), l’OMS, le Programme alimentaire mondial (PAM), le Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD), le Fonds des Nations unies pour la Population (UNFPA) et l’UNICEF. Dans une communication datant d’hier, le Centre d’Information des Nations unies pays (CINU) affirme cet engagement du Système des Nations unies dans l’humanitaire à Madagascar : « Le Système des Nations unies réitère son engagement à travailler avec les autorités nationales et les autres acteurs pour la prévention et la réponse aux situations d’urgence humanitaire, remercie tous les partenaires pour leurs contributions et encourage l’implication de tous pour combler les besoins non-couverts restants. »

Recueillis par Luz Razafimbelo

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.