Assise nationale des maîtres Fram : Une autre manière de revendiquer l’amélioration des conditions de travail des enseignants

Le vendredi 29 mars dernier, l’association des maîtres Fram et des enseignants du public ont tenu leur assise nationale à l’Institut national de Formation pédagogique (INFP) Mahamasina. Ils y ont notamment discuté de la meilleure manière de faire passer leurs nombreuses revendications.

Dialogue. Le dialogue interne pour une harmonisation des revendications, suivi ensuite d’un dialogue plus « juste » entre l’ANFA et l’Etat, est un peu le socle de leur stratégie de communication et de revendication cette année. Le président de l’ANFA, Elidio Randrianjafy de déclarer au micro : « Nous avons décidé de passer à la table ronde, et entre nous, et avec l’Etat, notamment le ministère de tutelle, pour faire passer nos revendications cette année. Pour que celles-ci soient non seulement entendues, mais également écoutées et acceptées, et que cette acceptation et considération se manifestent ,se matérialisent comme il se doit ; c’est-à-dire en terme de budgétisation et d’une politique nationale de l’Etat qui donnerait de meilleures conditions de travail aux enseignants, garants de la qualité de l’éducation prodiguée au niveau national. » L’ANFA envisage ainsi de laisser tomber les grèves et autres manifestations qui s’éternisent, parfois empreintes de violence et/ou de manipulations politiques.

Revendications. Des pourparlers seraient déjà en cours entre le ministère de tutelle et ses enseignants selon le représentant de ceux-ci. Les revendications portent notamment sur l’amélioration des conditions salariales de ces maîtres Fram, c’est-à-dire de passer d’un salaire de 25 000 MGA à celui de 50 000 MGA. Un autre point à souligner sur le recrutement des maîtres Fram, l’ANFA plaide pour un recrutement plus « rigoureux », c’est-à-dire qui prend réellement en compte la qualification des ressources humaines à recruter. Ce qui selon le président de l’ANFA, n’est pas encore le cas pour le moment : « Certes, il y a eu recrutement de maîtres Fram, mais nous sommes navrés de constater que malheureusement leurs qualifications ne correspondent pas au niveau requis, ce qui lèse évidemment la qualité de l’enseignement au niveau nationale. Nous allons ainsi inclure dans nos activités le renforcement de capacités, voire la formation de ces nouvelles recrues en amont et après leurs recrutements ». Pour rappel, les maîtres Fram, sont, selon une définition du ministère de tutelle : « un enseignement e-payé par l’association des parents des élèves, ou encore en malgache « Fiakambanan’ny ray aman-drenin’ny mpianatra ».

Luz Razafimbelo

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire