Gouvernance locale : Un score moyen de 3,5 sur 10 pour le pays

49 communes du pays ont fait l’objet d’une enquête menée de concert par le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation via l’ONCD ou Office National de Coordination de la Décentralisation et le Catholic Relief Service (CRS). Les résultats démontrent que Madagascar est encore loin du compte en matière de gouvernance locale. Les résultats font savoir par exemple que les scores sont comprises entre 1,03 et 7,20 sur 10. Ainsi, les communes de la région Atsimo-Andrefana ont la note moyenne de 2,48 sur 10. Tandis que celles de la région Vatovavy Fitovinany ont été notées de 2,95 sur 10. Initiés dans le cadre du projet Fararano, les résultats des Indices de Gouvernance Locale (IGL) démontrent que la lutte est encore longue et que Madagascar a du chemin à faire. Ce, même si les enquêtes menées n’ont concerné que 38% des communes du pays. Par ailleurs, il conviendrait de noter que les Indices de Gouvernance Locale constituent des outils d’aide à la décision devant servir aux décideurs Malagasy. Leur analyse quant à eux permet d’identifier les besoins en appui et en accompagnement des communes. Des besoins qui vont de la gestion administrative et financière, à la maitrise d’ouvrage communale, la qualité de services offerts à la transparence, la recevabilité ou encore au niveau de la participation citoyenne. Il conviendrait de noter que l’Observatoire de la Décentralisation et du Développement (organe de l’ONCD) dispose d’une base de données recueillant 643 Indices de Gouvernance Locale. Outre la qualité d’outils d’aide à la décision, les Indices de Gouvernances Locales reflètent les développements humains avant tout. Un développement qui traine des pieds pour le cas de Madagascar.

José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire