Approvisionnement en eau dans l’Atsinanana : De l’eau potable pour 18 000 personnes

Avec 18 000 personnes de plus ayant accès à l’eau dans l’Atsinanana, on trinque à l’eau potable !

Trois systèmes d’adduction d’eau gérés de manière communautaire ont été inaugurés cette semaine à Ambila Lemaitso, Ilaka- Est et de Foulpointe. Au compteur, 18 000 personnes de plus auront accès à l’eau potable.

Les systèmes d’eau ont été réalisés dans le cadre d’un projet dénommé Rano Wash, financé par l’Agence des Etats-Unis pour le Développement international et dont l’exécution est assuré par CARE International en partenariat avec Catholic Relief Services (CRS), WaterAid, BushProof et Sandandrano de 2017 à 2022. Notons en revanche que pour la région Atsinanana, le Catholic Relief Services(CRS) assure la mise en œuvre, appuyé par l’Organe de Développement du Diocèse de Toamasina (ODDIT). Sur le terrain, Rano Wash mobilise des bénévoles et leaders communautaires aux fins de mobilisation communautaire et de changement de comportement : arrêt de la défécation à l’air libre, utilisation de l’eau potable pour une meilleure hygiène de vie, des latrines, un lavage régulier des mains, hygiène menstruelle des filles et des femmes. Le projet veille ainsi à ce que les communautés aient accès à des infrastructures de qualité et fonctionnelles, telles que les latrines. Intéressant, la collaboration avec des tailleurs locaux a permis de confectionner des serviettes hygiéniques réutilisables pour le confort et l’hygiène des femmes et filles durant leurs menstruations.

Partenariat public-privé. Au niveau de l’opérationnalisation, Rano Wash a mis à l’honneur, le partenariat public-privé et adopté le « Build- Invest- Operate » ou Construire- Investir- Opérer. Les communautés locales sont toutefois fortement impliquées, surtout en ce qui concerne la redevabilité. LOVA VELU, Sandandrano et AπR, sont les trois entreprises ayant construit ces systèmes d’approvisionnement en eau. Elles ont injecté 140 millions MGA d’investissement (entre 15% et 20% du coût de la construction). Les institutions municipales et le ministère de tutelle ont aussi participé en signant des contrats désignant ces entreprises comme gestionnaires de ces systèmes pour une durée de 15 à 20 ans. Il s’agit au final d’un partenariat gagnant- gagnant, car les entreprises ont un retour sur investissement, les communautés locales voient leur hygiène et leur qualité de vie s’améliorer grâce à l’accès à l’eau potable. Ils ont en plus le choix, un branchement d’eau personnel à domicile ou un partage à coût réduit d’un branchement avec leurs voisins. D’ailleurs une étude de marché de Rano Wash a permis de savoir que 78% des gens se sont déclarés prêts à débourser de l’argent contre de l’eau potable à long terme.

Technologie à coût réduit. En collaboration avec l’Université de Villanova, un système de télésurveillance a été installé pour une meilleure gestion de l’eau au niveau local. Les niveaux d’eau dans les réservoirs de stockage sont surveillés en permanence. Les donnés sont ensuite transmises aux intervenants pertinents par voie électronique et/ou téléphonique. Un prototype vient d’être construit à Foulpointe, dont le système d’eau ouvert sera opérationnel à partir de cette semaine. L’Université de Villanova et le CRS présenteront les résultats de cette innovation technologique à la conférence sur les Technologies de l’Information et de la Communication pour le Développement (ICT4D) cette année en Ouganda.

Luz Razafimbelo

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.