Ode à la créativité et à l’innovation : Le « Maker faire » célébré à Madagascar

Jacaranda
Des robots artistiques créés par les élèves et prêts au combat à l’ASA samedi dernier.

Le “Maker Faire” (littéralement foire des inventeurs/créateurs) mouvement mondial d’ode à l’innovation, l’esprit créatif et la curiosité- créé en 2006- est célébré annuellement à Madagascar par l’ASA ou American School of Antananarivo.

La célébration de cette année a eu lieu samedi dernier, 4 mai 2019 au sein même de l’ASA. Intergénérationnelle à souhait, elle a fait la joie des petits comme des grands. Une occasion pour les enfants et leurs enseignants, ainsi que toute la famille de faire parler leur créativité, leur sensibilité et de satisfaire leur curiosité en exprimant leur vision du futur, de la vie. La foire est effectivement une occasion de célébrer -ensemble- l’innovation et la vie ;  d’expérimenter, de créer et de s’étonner ensemble des nouvelles « choses » amusantes, entre amis, entre toutes les générations et surtout en famille. Pour information, le « Maker faire » célèbre aussi bien les inventeurs, les créateurs, les visionnaires, que la curiosité, l’imagination et la créativité elles-mêmes. Pourquoi ? Parce que non seulement elles nourrissent l’esprit créatif, facteur de développement, mais aussi parce qu’elles contribuent significativement à l’épanouissement de l’individu. Comme le disait Einstein : « La logique vous amènera de A à B, mais l’imagination vous amènera partout ».

Le penchant artistique des élèves, véritable vecteur d’épanouissement, s’est pleinement exprimé, samedi dernier.

Attractions et émerveillements. Pour cette édition 2019, les principaux pôles d’attraction ont été : le « dark side » ou « salle de lumière noire », interactive, scintillante et créative à souhait qui a littéralement émerveillé l’assistance; l’atelier collectif de bulles géantes ; l’atelier de crêpes artistiques, l’entraînement de drones ; et bien sûr les systèmes de jeux développés par les élèves eux-mêmes, et enfin l’initiation au codage- avec la méthodologie d’apprentissage inversé- avec notamment le combat de robots ! L’imagination, la créativité et la curiosité étaient effectivement les maîtres-mots. Elles suscitaient à chaque fois l’émerveillement. Le côté informatique, ingénieux, bucolique, voire « psychédélique » de la salle de lumière noire, comme le côté simple, imaginatif et ludique des ateliers collectifs de bulles géantes. Avec le côté ingénieux, le côté artistique des élèves a également pu s’exprimer : musique, créations de bracelets, arts plastiques, architecture, etc.  Ils se sont par ailleurs donné à cœur joie à la décoration et à la customisation du maki, célèbre mascotte de l’ASA. Le délai imparti était de 10h à 14h, mais tous voulaient encore rester !

Luz Razafimbelo

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.