Fort taux de chômage : La faute au système éducatif

Jacaranda
72,7% des jeunes demandeurs d’emplois veulent travailler dans les secteurs publics alors que la capacité d’absorption du secteur public est limitée.

62% des demandeurs d’emplois sont des jeunes. Le monde de l’emploi et du travail évolue lentement. L’objectif du travail décent est encore loin malgré les efforts entrepris.

La crise de l’emploi continue de frapper des milliers de malgaches. En particulier des jeunes qui sont au nombre de 500 000 qui débarquent annuellement sur le marché du travail selon les statistiques issues du ministère de l’Emploi, de la Formation technique et professionnelle (actuellement Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et Professionnel) en 2017. Un nombre insuffisant selon Claudia Rodera, jeune de Toamasina. Selon toujours notre interlocutrice « le marché du travail est loin d’être saturé étant donné que bons nombres de jeunes demandeurs d’emplois sont peu qualifiés« . Propos qui a été confirmé par l’étude menée par le ministère de l’Emploi en 2017 faisant savoir que, 14% des jeunes sont non-scolarisés et 70% ne dépassent pas le niveau primaire. Claudia Rodera d’expliquer « la situation comme le fruit d’un système éducatif figé destiné à former des auxiliaires« . Une défaillance du système éducatif qui pénalise beaucoup de jeunes et dont le fruit serait le fort taux de chômage.

Tiraillé. La promotion de l’emploi connaitrait actuellement quelques difficultés d’ordre institutionnel. Le Système Régional d’Information sur l’Emploi « ne serait pas opérationnel. Aucune donnée sur la situation ou l’évolution de l’emploi ne serait  accessible actuellement.. L’instabilité institutionnelle dudit système en serait la cause. Ayant été rattaché à l’ancien ministère de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, ledit système serait actuellement tiraillé entre le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et professionnel et le ministère du Travail, de l’Emploi, de la Fonction publique et des Lois sociales. L’organigramme de ce dernier ministère note toutefois que la promotion de l’emploi est de son ressort. « Ce qui devrait conduire au transfert du SRIE à notre ministère« , lance un responsable de la fonction publique. Avant de déplorer  « un changement qui bloque les choses« .  Une perspective de mise en place d’un autre système régional d’information sur l’emploi rattaché au ministère de la Fonction publique serait envisageable si l’on se fie toujours aux explications du responsable auprès dudit ministère. Ce qui nécessiterait de gros moyens et un énième recommencement pour le pays. Entre-temps, la situation des milliers de jeunes continuent à être difficile. Le monde du travail est toujours impénétrable, l’adéquation emploi-formation est encore loin, le chômage continue à gagner du terrain…et les crises sociales qui vont avec.

José Belalahy

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.