Protection sociale en monde rural- CnaPS : Un régime de protection prévoyance pour les paysans

Jacaranda
A part les stands d’information, des conférences–débats sur la protection sociale en monde rural ont également jalonné la présence de la CNaPS à la foire.

La Caisse nationale de Prévoyance sociale (CNaPS) ambitionne de mettre en place un régime de retraite pour les agriculteurs ; raison pour laquelle elle a participé à la Foire de l’Elevage, de la Pêche et de l’Agriculture (FEPA) qui s’est achevée dimanche dernier et s’est tenue au Stade des Makis Andohatapenaka.

Aubaine. La FEPA était effectivement une aubaine pour la CnaPS, les responsables de la caisse, ayant su profiter à bon escient de cette présence massive des paysans producteurs qui s’activent dans plusieurs secteurs et se regroupent en associations, coopératives, ou encore en ONG. Nombreux sont les paysans ignorant autant leurs droits sociaux que les démarches à suivre pour s’affilier à la CnaPS. D’ailleurs, il n’y a encore aucun décret spécifique destiné à prendre en charge la protection sociale des travailleurs indépendants et des producteurs, qu’ils soient agriculteurs, éleveurs et/ou pécheurs. Cependant, la CNaPS offre des prestations sociales aux coopératives paysannes ayant des paysans comme collaborateurs. Le taux de cotisation des employeurs est de 8% tandis que celui des travailleurs paysans est de 1%. Pour de plus amples informations, les groupements des paysans peuvent consulter les caissiers auprès des bureaux de la CNaPS répartis dans toute l’île. Ceci, en attendant la mise en place du décret d’application d’une proposition de loi d’un régime de retraite spécialement conçu pour les indépendants et les paysans producteurs.

Témoignages. La protection sociale des agriculteurs est nécessaire à Madagascar, la population malgache étant à 80% rurale, cette dimension ne peut donc être éclipsée dans les considérations socio-économiques nationales. Raymond Rakotondrainibe, président de l’association de fabricants de réchaud et également président du fokontany d’Andohatapenaka de témoigner : « Ce n’est pas pour moi que je me suis renseigné à la CnaPS, mais pour mes enfants et mes collaborateurs. J’ai déjà dépassé la soixantaine, pour bénéficier de mes droits. Contrairement à mes parents qui ont tous bénéficié de leurs droits sociaux, moi, je n’ai jamais été affilié à la Caisse durant mon activité professionnelle. J’ai toujours pensé que la CNaPS était uniquement destinée aux travailleurs du privé. Ce n’est que maintenant que j’ai appris que moi aussi j’aurais pu bénéficier des prestations de la CNaPS. En tant que président du Fokontany en revanche, je ferai de mon mieux pour sensibiliser et encourager mes collaborateurs à se déclarer à la CNaPS pour qu’ils puissent, un jour, jouir d’une pension de retraite et d’éviter les mauvaises surprises face aux aléas de la vie, en raison du manque d’informations. »

Luz Razafimbelo

Telma Fibre Vibe

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.