Circoncision à l’américaine : La saison est ouverte

Jacaranda

L’hiver est bel et bien là, la présence de nombreuses familles, qui font la queue dans les cabinets médicaux spécialisés dans la « circoncision à l’américaine » de la capitale, témoigne que c’est la période pour les jeunes garçons malgaches de devenir des « lehilahy ».

Selon la tradition malgache, un jeune garçon non circoncis n’est pas considéré comme un homme, et parfois même, ce dernier ne peut être enterré dans le tombeau familial. Mais outre les « fomba », le Docteur Rahaja Rafalimanana évoque aussi l’importance de la circoncision du point de vue médical. Selon lui, le fait d’être circoncis éloigne les éventuelles maladies sexuellement transmissibles et le SIDA. Il ajoute même qu’une femme qui a des rapports sexuels avec un homme circoncis réduit les risques de cancer du col. Ainsi, décider d’aller circoncire son petit garçon est avant tout un gage de propreté. Pour ce qui est de la saison, l’hiver est jugé propice pour une telle opération puisque la cicatrisation de la plaie est rapide pendant cette période. Toutefois, la méthode de circoncision très en vogue, appelée aussi « circoncision à l’américaine », peut se faire tout au long de l’année. Malgré cela, les Malgaches sont attachés à leur tradition et préfèrent l’hiver, contrairement aux ressortissants étrangers qui considèrent que la période importe peu. Ensuite, pour ce qui est de la durée de l’opération, la « circoncision à l’américaine » ne dure généralement pas plus de deux minutes, grâce à l’utilisation d’un appareil fonctionnant avec un système de compression pour retirer le prépuce. Aucune goutte de sang n’est versée pendant l’opération et les risques d’hémorragie sont très faibles selon les dires des spécialistes. Et côté douleur, les médecins utilisent diverses anesthésies locales afin de l’atténuer pendant la circoncision.

Pour tous. La « circoncision à l’américaine » est accessible à n’importe quel âge. Dans son cabinet, le Docteur Rahaja Rafalimanana reçoit différents patients de tous âges. « Il m’est déjà arrivé de circoncire un monsieur de 72 ans », a-t-il déclaré. Et d’ajouter, « dès son deuxième jour au monde, on peut circoncire un garçon ». Cependant, une consultation est nécessaire avant l’opération. En effet, le médecin doit d’abord déterminer si le garçon peut subir une telle opération, car si ce dernier est hémophilique, le circoncire serait trop dangereux. Ainsi, cette consultation est inévitable et c’est aussi l’occasion pour les parents de bien préparer son enfant en prenant connaissance de toutes les indications du médecin (médicaments à acheter, les linges nécessaires, etc.).

Le prépuce à manger. A Madagascar, la coutume veut que le père ou le grand-père avale le prépuce du jeune garçon circoncis. Cette pratique est toujours d’actualité d’après le Docteur Rahaja Rafalimanana. Selon lui, 99 % des familles qui viennent le consulter réclament le prépuce « lohatsitsy » après l’opération, cela afin de le faire manger à un parent du jeune homme.

Anja RANDRIAMAHEFA

Blueline Air Fiber

Share This Post

2 Comments - Write a Comment

  1. Ce que le docteur veut faire entendre c’est que il y a moins de rique d’attraper ou de transmettre de maladies quand on est circoncis. Scientifiquement, si le prépuce n’est pas enlevé, il constitue une zone propice aux proliférations de virus et bactéries de tout genre. D’ailleurs l’OMS/ONUSIDA préconise la circoncision notamment dans les zones à forte prévalence (source wikipédia). Il n’y a rien de cupide. C’est d’ordre thérapeutique et scientifique.

  2. Comment peut-on prétendre que la circoncision puisse éloigner les MST et le SIDA quand on est docteur !
    La cupidité n’a décidément pas de frontière, n’est-ce pas Docteur ? L’irresponsabilité non plus. Honte à vous.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.