Région Androy : L’arrivée de l’eau redonne espoir

Jacaranda
Les bidons jaunes commencent à faire la queue, signe que l’eau est bien présente.

L’inauguration du pipeline de la région Androy va se faire aujourd’hui. Une excellente nouvelle pour la population locale, après de longues années de souffrance.

« L’insuffisance de l’eau dans le Sud est à l’origine du sous-développement de cette partie du pays ». Ce sont là les propos de Gabriel Andriamanambina, président du Fokontany de Nikoly Centre. Ce responsable de noter que « l’eau a toujours été problématique pour la région Androy, plus particulièrement pour le Fokontany de Nikoly Centre. […] Pour survivre, les habitants doivent dépendre des approvisionnements effectués par des charretiers. Lesdits approvisionnements n’étant pas réguliers et dont le prix du bidon de 20 litres change d’un charretier à l’autre ». Propos confirmés par Soa, mère de famille. « Le bidon de 20 litres d’eau coûte aux environs de 2000 ariary en saison sèche. Nous n’avons pas forcément les moyens de nous offrir un bidon. Du coup, nous nous approvisionnons en eau en collectant des eaux stagnantes que l’on fait bouillir avant de consommer. Des fois, on ne la fait même pas bouillir, on la consomme directement », a-t-elle déploré. Les conséquences sont nombreuses si l’on ne cite que les maladies diarrhéiques ou encore la malnutrition chronique et/ou aigüe. Des situations qui empêchent l’épanouissement de la population et par ricochet, une situation qui constitue un frein au développement de la région.

Migrants. L’annonce de l’inauguration du pipeline situé à Ampotaka et destiné à approvisionner en eau six communes des districts de Tsihombe et de Beloha, région Androy, permet beaucoup de changement pour la population locale. « Nous  espérons une baisse considérable des maladies diarrhéiques qui font beaucoup de victimes chez les enfants de la région », s’est exclamée Zefeline, une autre mère de famille du Fokontany Nikoly Centre. Le président dudit Fokontany quant à lui, est optimiste : « nous avons un bon sol pour l’agriculture. Nous avons déjà essayé de cultiver des légumes comme des carottes et des pommes de terre et cela a marché. Il suffisait juste qu’il y ait de l’eau et tout changeait. Ce que nous avons actuellement avec le pipeline. A présent, nous pouvons penser à investir et à vivre sainement ». Profitant de l’occasion, Gabriel Andriamanambina de noter qu’avec « l’annonce de l’arrivée de l’eau, il y a un retour progressif des fils et filles de la région qui avaient

préféré migrer ». Si l’eau pour la (sur)vie, destinée à la consommation est prévue arriver avec l’opérationnalisation du pipeline. L’eau pour le développement est encore à chercher. Quoi qu’il en soit, la région peut déjà s’en réjouir.

José Belalahy

Blueline Air Fiber

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.