Mauvais état des RN10 et RN13 : Les transporteurs interpellent l’Etat

Jacaranda
Avec 84 personnes à bord, un « karan-dalana » fait le trajet Toliara-Fort Dauphin en approximativement 30 heures.

Reliant Andranovory à Fort Dauphin, les routes nationales numéro 10 et numéro 13 sont en piteux états. Ce qui accentue l’enclavement de cette partie du pays.

« Les travaux menés par les entreprises privées dans le cadre de l’entretien des routes nationales numéro 10 et numéro 13 ne respectent pas les normes. Les entreprises postulent pour les avis d’appel d’offre à l’entretien desdites portions de routes. Ils font des remblais et des terrassements, et laissent le soin du compactage aux automobilistes ». Ce sont là les propos de Galant, transporteur qui relie l’axe Toliara-Fort Dauphin, pour résumer l’état des routes nationales numéro 10 et 13. Pour le transporteur, « cette façon de faire les choses est à l’origine même du mauvais état des routes ». Difficilement praticables, les routes en question sont pourtant les seuls axes routiers dans cette partie du pays (outre le transport aérien qui est réservé aux plus fortunés). Desservant les trois régions : Androy, Anosy et Atsimo-Andrefana, ces routes permettent la circulation des hommes et des biens. D’où l’appel des transporteurs à l’endroit des responsables gouvernementaux sur la « nécessité de résoudre les problématiques liées au transport ».

Bientôt. Interrogé par une journaliste correspondante d’une chaîne de radio internationale, en marge de l’inauguration du projet de renforcement et d’extension du pipeline de transport d’eau potable dans la région Androy, le président de la République Rajoelina a noté que « les travaux devront commencer cette année pour la réhabilitation de la route nationale numéro 13 ». D’ici là, faire un « roadtrip » dans le Grand Sud est en soi une aventure à effectuer, et que beaucoup de Malgaches rêvent de faire. D’une région à l’autre sur l’axe Toliara-Fort Dauphin, les diversités culturelles malgaches ne demandent qu’à être partagées et acceptées. Les tombeaux emblématiques de la tribu Antandroy qui bordent les routes nationales sont des exemples de cette richesse culturelle typiquement malgache. La réhabilitation des routes nationales numéro 10 et 13 devraient réduire largement la durée du trajet, qui est d’environ 30 heures pour les quasis 600 km.

José Belalahy

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.