Collecte des déchets ménagers : A chaque quartier son système

Jacaranda

Dans la longue liste des villes où les ordures et les déchets aiment fréquenter les rues et les couloirs, Antananarivo occupe une excellente position.

Une courte promenade dans la capitale est amplement suffisante pour apercevoir une personne jeter, sans la moindre gêne, son sachet en plastique ou son pot d’ yaourt en plein milieu de la rue. Une situation bien triste, mais qui pourrait changer si de plus en plus de personnes donnent le bon exemple. Déjà récemment, on a pu voir que les supporteurs malgaches qui ont assisté au match de l’équipe nationale, lors de la CAN 2019 en Egypte, ont ramassé leurs déchets avant de quitter le stade. Un geste, des plus honorables, qui pourrait inciter ceux qui sont restés au pays à montrer un peu plus d’attention à la salubrité de notre chère ville. Ceci dit, on ne peut pas nier que certains habitants fournissent déjà des efforts, pour instaurer un environnement approprié à Antananarivo. Pour le 2e arrondissement par exemple, Ambohipo et ses alentours, une petite entreprise qui s’occupe de la collecte des ordures et déchets ménagers, vient d’ouvrir ses portes. « Nos déchets relèvent de notre responsabilité », voilà le slogan de cette entreprise sise à Ambohipo. Autrement dit, l’insalubrité de la ville est la responsabilité de tout un chacun, car les ordures ne sont pas arrivés là de leur plein gré.

Trop d’ordures dans les rues. L’entreprise « Akafako » est l’initiative d’ Andrianarivelo Mamy Hariliva.  « L’idée de mettre en place une entreprise de collecte des ordures m’est venue après avoir remarqué que les quartiers du 2e arrondissement, étaient tous infestés par des déchets en tous genres », a-t-il dit. De plus, « les collecteurs illicites de déchets font mal leur travail. Parfois, les ordures sont jetées n’importe où, sauf dans les bacs qui leur sont dédiés », a-t-il ajouté. Il semblait donc évident pour  Andrianarivelo de trouver une solution, afin qu’Ambohipo et ses environs retrouvent leur  splendeur et leur salubrité. Un pari gagnant pour l’instant, puisqu’en un mois d’existence et sans la moindre promotion en dehors de Facebook, la petite entreprise a déjà eu la confiance d’une centaine de clients à Ambatoroka, Ambohipo et Andohan’i Mandroseza.

600 ariary par collecte. Actuellement, « Akafako » dispose de quatre offres. Chaque client peut donc choisir entre quatre, trois, deux ou une collecte par semaine, selon les besoins de chacun. En tout cas, une collecte par « Akafako » équivaut à 600 ariary, d’après le Directeur de l’entreprise. Et en même temps, il faut préciser qu’il continue de recruter pour les personnes intéressées ; les collecteurs qui travaillent à leur compte par exemple.

Des tarifs différents. Outre « Akafako » à Ambohipo, il existe d’autres systèmes de collecte de déchets ménagers, dans plusieurs quartiers d’Antananarivo. A Ampefiloha par exemple, la collecte sur 24 jours coûte 3.000 ariary, alors que du côté d’Ankadifotsy, il faut compter aux alentours de 4.000 ariary pour un ramassage de 24 jours. Bref,  à chacun son tarif et il est important que les ordures ne traînent plus dans les petites ruelles.

Anja RANDRIAMAHEFA

Telma Fibre Vibe

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.