Prévalence de l’obésité : Un taux de 1% chez les enfants de moins de cinq ans

Jacaranda
Les enfants de moins de dix mois seraient les plus concernés par l’obésité infantile.

Le nombre exact d’enfants de moins de cinq ans qualifiés d’obèses devrait attendre les résultats officiels du troisième Recensement Général de la Population et de l’Habitat, ou RGPH3.

Le rapport MICS, « Multiple Indicateurs Cluster Survey », traduit en français par Enquêtes en grappes à indicateurs multiples, dépeint une situation inquiétante de l’obésité chez les enfants malgaches. Ladite enquête, réalisée en 2018 par l’INSTAT, l’Institut National de la Statistique, définit la santé nutritionnelle des enfants de moins de cinq ans à Madagascar suivant quatre niveaux différents. Entre autres, le retard de croissance, l’émaciation, l’insuffisance pondérale et l’obésité. Pour cette dernière, la situation serait inquiétante, si l’on se réfère aux explications de Marius Randriamanambintsoa, coordonnateur technique de l’enquête MICS. « Les statistiques tournent autour des 1%, et cela paraît moindre. Le fait toutefois est là. Aussi négligeables que soient les proportions, l’obésité atteint de nombreux enfants malgaches. Et nous savons qu’obésité ne rime pas avec bonne santé », note notre interlocuteur. Ce dernier d’ajouter que « 0,3% des cas d’obésité chez les enfants de moins de cinq ans sont qualifiés de sévères ».

Répartition. Les enquêtes MICS ont également démontré que les régions Analamanga, Bongolava et Diana sont ex-æquo statistiquement. Lesdites régions ayant un taux de prévalence d’obésité modéré et sévère identique de 3%. Les données des enquêtes en question démontrent également que les régions Androy, SAVA et Betsiboka ne présentent pas des cas d’obésité. Il conviendrait toutefois de noter que le nombre de cas diminue avec l’âge des enfants. Les chiffres diminuant à partir de cinq mois, si l’on se réfère au graphe détaillant « le pourcentage d’enfants souffrant d’insuffisance pondérale, de retard de croissance, d’émaciation et d’obésité selon l’âge en mois » des enquêtes MICS. L’obésité paraît minime par rapport aux cas de malnutrition qui touchent de nombreuses régions du pays. Les’impacts  sur la santé, aussi bien des enfants que des adultes qu’ils deviendront, ne sont toutefois pas à démontrer. Constituant un outil d’aide à la décision, les données recueillies dans les enquêtes de ce type devraient permettre de faciliter le cadrage des initiatives et des actions de tous les acteurs.

José Belalahy

Blueline Air Fiber

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.