Les chiffres de la semaine

Jacaranda

80 pour cent des eaux destinées à la consommation contiendraient des matières fécales d’après les résultats de l’enquête MICS 2018, ou « Multiple Indicators Cluster Survey ». Menée dans le cadre du programme mondial MICS et appuyée techniquement par l’UNICEF, la Banque  mondiale et l’USAID, l’enquête en question regroupe des données recueillies suite à des études menées auprès d’échantillons éparpillés dans les régions du pays. Pour ce qui est de la qualité de l’eau, les résultats de l’enquête ont également été obtenus auprès d’échantillons d’eau recueillis, auprès de sources différentes. Il conviendrait de noter que la majorité de la population malgache puise l’eau destinée à la consommation, auprès de sources comme les rivières, les fleuves ou encore des eaux stagnantes, comme dans le Sud. Des eaux dont la qualité laisse à désirer par rapport à celle obtenue auprès des points de distribution règlementés.

1 pour cent des enfants de moins de cinq ans souffriraient de  l’obésité, toujours d’après les résultats de l’enquête MICS 2018. Une situation alarmante d’après les explications reçues, lors d’une séance d’information, organisée à Antaninarenina, avant hier. Le nombre total d’enfants concernés par l’obésité ne peut toutefois être connu qu’après la publication du résultat du troisième Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH).

40 ans d’existence de la FFKM ou « Fiombonan’ny Fiangonana Kristianina eto Madagasikara » seront célébrés le mois d’août prochain. Une célébration qui sera effectuée dans la thématique «  Unité dans l’adversité ». Et pour ce faire, le comité d’organisation a choisi la bonne parole contenue dans 1 Corinthien, chapitre 1, verset 10b qui dit : «  Que vous soyez bien unis dans une même pensée, et dans un même sentiment ». Les festivités, quant à elles, commenceront le 23 octobre de cette année à Antananarivo.

2021 sera l’année où la ville de Fort-Dauphin deviendra la première ville entièrement verte de l’Océan Indien. Il conviendrait de noter que la concrétisation de ce projet de première ville verte reposera sur la mise en œuvre d’un projet de mise en place de plusieurs centrales solaires, éoliennes et hybrides mené par la société Rio Tinto QMM Madagascar. Une reconversion dans les énergies renouvelables qui entend allier responsabilité sociale de l’entreprise (RSE), et réduction des dépenses liées à la production de l’électricité.

José Belalahy

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.