Association Arovy ny Aina : Les déchets ménagers d’Ambatovy revalorisés

Jacaranda
La collaboration entre l’association Arovy ny Aina et la compagnie minière Ambatovy donne ses premiers fruits : du compost et une première récolte de légumes, destinés au marché local.

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Un dicton qui trouve tout son sens grâce à une collaboration entre l’association Arovy ny Aina et la compagnie minière Ambatovy. Une collaboration qui consiste à transformer les déchets ménagers, issus du site de la compagnie minière en question, en engrais destinés à fertiliser la passerelle Vohitsara, Toamasina. Un terrain de 17 Ha que l’association Arovy ny Aina peut exploiter grâce à un protocole d’accord signé entre les parties prenantes, il y a de cela trois ans. La fertilisation se fait grâce à des composts obtenus par la transformation des déchets ménagers. « Les déchets ménagers sont livrés gratuitement par Ambatovy. Les livraisons se font deux fois par semaines à raison de 3 à 6 m3 de déchets » note Jean Luc, directeur exécutif auprès de l’association Arovy ny Aina. Interrogé sur le processus, le responsable explique, « les déchets sont triés et traités par des personnes recrutées spécifiquement à cet effet. Le processus de transformation commence une fois les tris effectués ». Jean Luc également de préciser que « la transformation est assez longue car il faut environ huit mois pour avoir du bon compost ». Les échanges avec le directeur exécutif de l’association Arovy ny Aina, nous ont fait savoir que les efforts fournis par l’association ont permis « de produire 800 kg de compost », le 19 mars 2019 dernier. Des engrais qui « ont permis à l’association d’effectuer sa première récolte de légumes », lance fièrement Jean Luc.

Perspectives. Fier des avancées obtenues en une année de transformations des déchets ménagers issus des sites du projet minier Ambatovy, l’association Arovy ny Aina entend étendre son horizon. Un projet de culture d’épices et d’apiculture serait en gestation. « Nous envisageons de produire des piments à becs d’aigles dans les années à venir. Les produits seront destinés à l’exportation car nous travaillons déjà avec des sociétés étrangères, situées en Afrique du Sud et dans certaines îles de l’océan Indien », avance Jean Luc de l’association Arovy ny Aina. Avant de renchérir, « nous envisageons également de nous lancer dans l’apiculture ». Une extension qui pourrait se faire sur les 17 Ha que compte la passerelle Vohitsara, et que les responsables, auprès de l’association, comptent réaliser grâce à leurs efforts propres, mais également grâce à des aides venant de donateurs.

José Belalahy

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.