Vidéo sur les abus sexuels : Les statistiques biaisées par les cas tus

Les cas d’abus sexuels dans lesquels les victimes n’osent pas porter plainte, faussent les statistiques. C’est, entre autres, ce qui ressort d’une vidéo sur les abus sexuels à Madagascar, initiée par l’association MAIDA (Madagascar Initiatives for Digital Innovation). Récemment publiée en ligne, cette vidéo est le fruit d’une démarche entrant dans la stratégie de plaidoyer de cette association sur l’Open Data à Madagascar. Il s’agit de sa seconde vidéo après une première dont le sujet traité portait alors sur celui du riz. Cette fois, la vidéo, sous forme d’images d’animation, se penche sur les viols, et se base sur l’analyse des données collectées sur terrain depuis avril 2019 et la compilation des données en ligne ainsi que celles des Centres Vonjy (centres destinés à la prise en charge médicale, psycho-sociale et judiciaire des victimes). Il en ressort que la honte ressentie par les victimes qui, de ce fait, ne portent pas plainte, fausse les statistiques disponibles sur les abus sexuels à Madagascar. Des cas tus, certes, mais qui existent bel et bien. Quoi qu’il en soit, les auteurs de la vidéo soulignent que le nombre de victimes de viols augmentent à mesure qu’il y a de Centres Vonjy. Ce qui témoigne de l’importance de ces structures qui permettent de signaler les cas et de les prendre en charge. Cette hausse du nombre des victimes ne tient pourtant pas encore compte des cas qui aboutissent sur un arrangement à l’amiable et qui ne sont ainsi pas forcément connus des autorités.

L’autre observation porte sur les irrégularités des peines encourues par les coupables d’abus sexuels. En effet, même si les victimes sont du même âge, les peines prononcées par les tribunaux peuvent varier d’un cas à l’autre, et ce, pour diverses raisons. Cette vidéo est disponible sur la chaîne Youtube de l’association MAIDI, Datamad Channel.

Hanitra R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.