Changement des comportements : Quid de l’efficience des campagnes médiatiques

Une séance d’information et de conselling en public.

Lancé le 5 juillet dernier, le programme Wish2Action entend renforcer l’efficacité des programmes de planning familial du pays en offrant des services intégrés de santé de la reproduction.

Efficience. Un mot qui vient à l’esprit lorsque l’on pense aux diverses campagnes de communications médiatiques menées dans le cadre des programmes de planning familial menés dans le pays. En effet, d’après des informations émanant du ministère de la  Santé publique, “24,2% des besoins en matière de contraception sont non satisfaits”. Les mêmes informations faisant également savoir que “le taux de prévalence contraceptif est faible, soit 41% pour les femmes mariées. Et que les méthodes contraceptives utilisées sont de courtes durées”. 19,9% des femmes mariées utiliseraient des méthodes injectables si seulement 6,6% utilisent des contraceptifs oraux d’après toujours le ministère de tutelle. Une situation alarmante si l’on se réfère toujours aux données recueillies auprès du ministère de la Santé publique étant donné  que “plus de 25% des adolescents ont au moins un enfant si les 28% autres sont mariés”. Des campagnes médiatiques ont pourtant été menées pour éviter une telle situation. Des millions d’ariary, de dollars ont été dépensés pour que les ménages malgaches soient attentifs aux informations et sensibilisations partagées.

Défi. Changer les comportements pour renforcer les programmes menés dans le cadre du planning familial à Madagascar, tel est l’objectif premier du programme Wish2Action. Initié par le Development Media International et financé par le Département du Développement International du Gouvernement britannique, le programme consistera en une campagne médiatique – radio et télévisée – sur les services de planning familial ainsi que des services intégrés de santé de la reproduction aux populations les plus défavorisées. “La campagne mettra en avant une histoire vécue et familière à la population malgache. Diffusée entre juillet et septembre de cette année, elle devra touchée les couches les plus vulnérables de façon à ce que ces dernières puissent prendre les meilleures décisions en matière de planning familial” lance Doug Harper, directeur des opérations et des finances auprès de Development Media International (DMI) lors d’une conférence de presse organisée à Tsiadana hier. Interrogé sur l’implication des cultures et coutumes locales dans le processus, notre interlocuteur de lancer : “ Le script va être rédigé par des Malgaches en tenant compte des réalités, us et coutumes existantes. Nous allons ensuite agir étape par étape pour ce qu’il en est des diffusions. Des essais vont être menés pour voir la réceptivité de la population et les éventuels feed back afin de s’assurer de l’efficience de l’initiative”. A l’heure où les propos du ministre de l’Economie et des Finances sur la nécessité de réguler les naissances soulèvent des débats, insister sur l’importance de l’éducation à la santé de la reproduction est plus que jamais opportun comme il est peut-être temps de lancer des débats autour de la croissance de la population.

José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire