Coopération CHUJRA-CHU de Lyon : Arrivée de 20 greffons de cornée au CHUJRA

Jacaranda
le Professeur Léa Raobela et le Docteur Marcelle Aimée Rakotondrazaka présentent un greffon de cornée fraîchement arrivé au CHUJRA. (crédit photo : Anja)

Le service d’ophtalmologie du centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHUJRA) a fait savoir l’arrivée de vingt greffons de cornée au sein de l’hôpital, en provenance du CHU-Lyon et de la banque de cornées de Lyon. Cette déclaration a été faite lors d’une conférence de presse qui s’est tenue au CHUJRA le vendredi 09 août  dernier.

D’après les explications du chef du service ophtalmologie du CHUJRA, le Pr. Léa Raobela « les premières greffes de cornée ont commencé à Madagascar en 2008 dans le cadre de mission humanitaire, c’est-à-dire que des humanitaires venaient avec des greffons et les opérations se déroulaient au sein du CHUJRA ». Mais pour ce qui est de la collaboration entre les deux centres hospitaliers universitaires, Joseph Ravoahangy Andrianavalona et Lyon, l’échange a débuté en 2012 grâce à la mise en relation des deux centres par l’Association Santé et Développement qui a d’ailleurs effectué les levées de fonds nécessaires en France afin d’acheter les greffons livrés à Madagascar. « Comme la plupart des ophtalmologistes français sont en vacances durant le mois d’août mais qu’en même temps, les prélèvements de cornées continuent chez eux, l’idée de faire profiter le CHUJRA des greffons coulait de source. Cela a permis d’éviter que les greffons inutilisés pendant le mois d’août ne soient périmés » a fait savoir le Pr. Léa Raobela. Pendant les deux premières années de cette coopération entre les deux centres hospitaliers, les opérations ont été assurées par un ophtalmologiste français qui se rendait à Madagascar au mois d’août de chaque année. Et pendant son séjour, ce dernier se chargeait également de la formation des ophtalmologistes  malgaches, c’est ce que nous a raconté le professeur au sujet de l’historique de cette collaboration.

De 10 à 20 greffons. A partir de l’année 2015, les ophtalmologistes malgaches étaient fin prêts pour assurer les opérations. Le CHU-Lyon n’a donc plus envoyé de spécialistes, les médecins malgaches étaient désormais aptes à procéder à la greffe des dix greffons par an. Mais encore, depuis 2018, le nombre de greffons expédié à Madagascar par la banque de cornées de Lyon a augmenté, le CHUJRA bénéficie dorénavant du double, soit 20 greffons par an. Ce qui laisse à espérer que de plus en plus de patients figurant dans la liste d’attente d’une greffe de cornée pourront bientôt retrouver la vue. Rappelons que depuis cette coopération entre les deux CHU, 78 interventions ont pu être réalisées.

La greffe comme unique solution. Le Pr. Léa Raobela et le Dr. Marcelle Aimée Rakotondrazaka ont également affirmé lors de la conférence que l’unique solution envisageable pour une cornée malade est la greffe cornéenne. C’est-à-dire qu’il faut passer par une intervention chirurgicale consistant à remplacer la cornée endommagée par une autre prélevée sur un donneur décédé. Dans son discours, le Pr. Léa Raobela n’a pas oublié de dire que ce programme est très bénéfique pour le pays ; « un greffon coûte environ 1000 euros, le frais d’hospitalisation pour une nuit est de 1500 euros, sans parler des frais d’hébergement et de transport, ce qui fait une évacuation dans les alentours de 6000 euros pour une greffe de cornée » a dit le professeur. Or, au CHUJRA, grâce à cette coopération, les patients ne paient que le droit de bloc ainsi que les différents anesthésiques et médicaments. Enfin, la dernière information à ne pas omettre est l’existence d’un comité qui travaille sur le développement d’une loi concernant le prélèvement d’organes actuellement selon les deux responsables du CHUJRA.

Anja RANDRIAMAHEFA

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.